Maghreb
URL courte
Par
61427
S'abonner

La coopération militaire entre la Turquie, le Qatar et le gouvernement libyen basé à Tripoli «se renforce de plus en plus» et pourrait aboutir à la signature «d’un pacte tripartite», a confié une source gouvernementale libyenne à Sputnik.

Dans une déclaration à Sputnik, une source au sein du Gouvernement d’union nationale (GNA) libyen affirme que la coopération militaire avec le Qatar et la Turquie se renforce toujours davantage. Elle n‘écarte pas la possibilité de la conclusion d’un pacte tripartite.

La semaine dernière, Recep Tayyip Erdogan a annoncé la reprise des recherches d'hydrocarbures dans une zone disputée de la Méditerranée orientale, déclenchant de vives tensions avec l’Égypte et la Grèce qui a procédé à des manœuvres navales conjointes avec la France.

«Il est tout à fait clair que la coopération militaire entre le Qatar, la Turquie et le Gouvernement d’union nationale libyen devient de plus en plus importante», admet la source. «Il est tout à fait possible que la Qatar signe un accord de coopération militaire avec le GNA, même si elle existe déjà sur le terrain», ajout-elle, soulignant que cet accord «sera inévitablement conclu sous les auspices de la Turquie».

Auparavant, des sources militaires avaient confié à Al-Arabiya que la Turquie et le Qatar avaient signé un accord militaire avec le GNA portant sur la construction d’une base navale turque sur les côtes de la ville libyenne de Misrata, en Méditerranée orientale. Ces sources ont expliqué que l’accord prévoyait également «la création d'un centre de coordination militaire tripartite basé à Misrata, et que Doha s’engageait à financer les centres de formation et le quartier général des combattants du GNA».

Les accords de 2019

En novembre 2019, en présence de Recep Tayyip Erdogan et Fayez el-Sarraj, le gouvernement turc et le GNA ont signé deux accords à Istanbul. Le premier portait sur le renforcement de la coopération sécuritaire et militaire, tandis que le second définissait les zones d'influence maritime entre les deux parties.

Le 7 août, soit au lendemain de la signature d'un accord maritime entre Athènes et Le Caire dénoncé par Ankara, le M.Erdogan a annoncé la reprise par la Turquie de ses activités de recherche d’hydrocarbures en Méditerranée orientale, après leur suspension en début de mois.

L’accord gréco-égyptien qui vise à délimiter les frontières maritimes entre les deux pays «semble être une réponse directe» à l’accord conclu en novembre dernier entre la Turquie et le gouvernement libyen de Tripoli, informe l’AFP.

Le Président turc a dénoncé cet accord, considérant qu’il n'a «aucune valeur». Il a précisé que son pays «appliquerait avec détermination son propre accord conclu avec le gouvernement libyen».

Tensions en Méditerranée orientale

Les vastes gisements gaziers découverts en Méditerranée orientale ont aiguisé l'appétit des pays riverains, comme la Grèce, Chypre, la Turquie, l'Égypte et Israël.

Ainsi, Ankara a multiplié les forages d’exploration au large de Chypre, s'attirant les foudres de la plupart des pays de la région et de l'Union européenne qui ont dénoncé des activités «illégales».

Emmanuel Macron a d’ailleurs pointé en juillet la «violation» des souverainetés grecque et chypriote par la Turquie, appelant à sanctionner Ankara.

Lire aussi:

«Un objet enfoncé dans le crâne»: violent meurtre de deux femmes à Paris
Kremlin: des agents de la CIA travaillent avec Navalny, lequel avait déjà reçu des consignes auparavant
Des journalistes du Monde touchés par un bombardement dans le Haut-Karabakh, deux d’entre eux sont blessés
Un très fort bruit d’explosion entendu à Paris et en Île-de-France
Tags:
gouvernement libyen d'union nationale (GNA), Armée nationale libyenne (ANL), Haut conseil d'État libyen, Tripoli (Libye), crise libyenne, Libye, Qatar Investment Authority, Qatar Petroleum, Qatar, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook