Moyen-Orient
URL courte
Par
2313
S'abonner

Le prochain secrétaire d’État américain, Anthony Blinken, a fait savoir à la présidence française que «Washington n’avait pas le temps de prêter attention à la situation au Liban et apportera son plein soutien à l’initiative française», a indiqué un expert politique libanais à Sputnik.

Dans un entretien accordé à Sputnik, l’expert politique libanais Johnny Mounir a estimé que le prochain voyage d’Emmanuel Macron prévu pour le 21 décembre au Liban avait de «très fortes chances d’être parfaitement réussi» en raison du soutien dont il jouit de «la part de la prochaine administration américaine» envers son initiative pour résoudre la crise dans le pays.

«La troisième visite du chef de l’État français au Liban était programmée depuis longtemps», a déclaré le spécialiste, soulignant qu’«Emmanuel Macron aurait pu l’annuler, s’il le voulait, à cause du revers qu’a subi son initiative pour former un gouvernement de personnalités indépendantes dans le pays».

«Une nouvelle donne» est apparue

Cependant, «il y a une nouvelle donne sur laquelle peut compter le Président français, et qui est le soutien que lui apporte la nouvelle administration américaine et qui a été discuté à Paris avec le nouveau secrétaire d’État Anthony Blinken» a souligné l’expert.

Dans le même sens, M.Mounir a fait savoir que lors de son voyage en France, Anthony Blinken «s’était entretenu avec plusieurs hauts responsables français et avait informé la présidence de la République que Washington n’avait pas le temps de prêter attention à la situation au Liban et apportera son plein soutien à l’initiative française».

La lettre de Macron au Président Aoun

Fin novembre, le journal koweïtien Al-Rai a rapporté, citant des sources diplomatiques, que la France n’avait pas abandonné son initiative quant à sa contribution à la résolution de la crise politique au Liban. Selon elles, la dernière lettre envoyée par Emmanuel Macron au chef de l’État libanais à l’occasion de la fête de l’indépendance du pays (22 novembre 1943) laisse croire que l’initiative de Macron est toujours sur la table.

En effet, dans sa missive adressée au Président Aoun, Emmanuel Macron a indiqué que ce que réclame le peuple libanais depuis plus d’un an «peut encore être mis en place». «Répondre à ces revendications est de votre devoir, en tant que chef d’État», a-t-il ajouté, appelant son homologue libanais à «inviter toutes les forces politiques libanaises à mettre de côté leurs intérêts personnels, confessionnels et partisans pour réaliser l’intérêt suprême du Liban et l’intérêt du peuple libanais».
 

Lire aussi:

Il braque un bar-tabac dans l'Oise puis entame une carrière de gendarme en Turquie
Lalanne risque cinq ans de prison pour son appel à l’armée visant à destituer Macron
«Le jour de son agression, Yuriy avait un tournevis dans sa poche», selon BFM TV
«Scandalisé» par Génération identitaire, Darmanin met à l'étude sa dissolution
Tags:
remaniement, gouvernement, Liban, crise politique, Emmanuel Macron
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook