Moyen-Orient
URL courte
Par
511433
S'abonner

La Défense russe a annoncé avoir mis fin à des échanges de tirs ayant éclaté dans la ville syrienne de Kamiсhli lors d’un conflit interethnique. La police militaire patrouille dans la région.

Des unités de la police militaire russe patrouillent dans les rues de Kamiсhli, dans le gouvernorat syrien d’Hassaké pour régler un conflit opposant des habitants arabes et kurdes, a annoncé ce mardi 27 avril le contre-amiral Alexandre Karpov, chef adjoint du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

«La partie russe continue d’œuvrer pour le règlement de la crise à Kamiсhli, dans le gouvernorat d’Hassaké où il y a eu un conflit entre des habitants arabes et kurdes. Le Centre pour la réconciliation des parties en conflit a réussi à arrêter les tirs et à stabiliser la situation», a indiqué le responsable.

Selon lui, les forces de la police militaire mènent des patrouilles sous la protection de l'aviation «pour éviter les provocations».

M.Karpov a en outre annoncé que le Centre pour la réconciliation avait assuré ce mardi 27 avril le retour d’un millier de personnes dans le quartier d’Al-Tiye de Kamichli.

Conflit à Kamichli

Des combats de rue opposant des formations kurdes aux Forces de défense nationale, un groupe paramilitaire progouvernemental, avaient éclaté à Kamichli le 20 avril.

Il y aurait des morts et des blessés des deux côtés mais leur nombre n’a pas été communiqué. Plusieurs civils ont aussi été touchés, d’après le quotidien.

Le journal Al-Sharq-al-Awsat a annoncé ce mardi 27 avril que les réfugiés commençaient à rentrer dans la ville après une entente conclue entre les parties en conflit avec la médiation de Moscou.

Lire aussi:

Le MoDem lâche LREM, l'Assemblée rejette le pass sanitaire
«Un gentil garçon»: la mère du tueur présumé du policier à Avignon s’en prend aux autorités
Tribune de militaires: le chef d'état-major invite les signataires à quitter l'armée
Tags:
Hassaké, Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook