Ecoutez Radio Sputnik
    Les skieurs russes

    Ces Français qui ont osé dénoncer un «déni de justice» à l’égard des skieurs russes

    © Sputnik . Alexander Vilf
    Actualités
    URL courte
    Jeux olympiques d'hiver 2018 (117)
    21590

    Un site français spécialisé en sports d’hiver a dénoncé la suspension de deux skieurs russes des JO 2018. Selon la publication apparue sur ce site, il n’y a aucune raison légale pour ne pas autoriser leur participation.

    Le site français Ski-Nordique a commenté la décision du Comité international olympique de bannir le biathlète russe Anton Shipulin et le fondeur Sergey Ustiugov des Jeux olympiques de Pyeongchang.

    «On va pas se gêner pour parler d'un déni de justice. Shipulin et Ustiugov sont exclus des JO car ils ont participé aux JO de Sotchi», lit-on sur ce site français.

    L'auteur de cette publication a fait part de son espoir que les athlètes russes pourront faire un recours contre cette décision auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS) et obtenir le droit de participer aux JO 2018.

    «Cette décision semble aberrante. On espère que les Russes vont saisir d'urgence le TAS afin de rétablir leurs droits et demander des explications claires», déclare Ski-Nordique.

    Le Comité olympique russe a fait savoir mardi que le Comité international olympique avait fait enlever les noms de 111 athlètes russes de la liste des participants aux JO de Pyeongchang sans donner la moindre explication. Anton Shipulin et Sergey Ustiugov sont parmi ces athlètes.

    Dossier:
    Jeux olympiques d'hiver 2018 (117)

    Lire aussi:

    En défiant les USA, un pays membre de l’UE lance un réseau 5G avec l’aide de Huawei
    Un militaire de Sentinelle ouvre le feu contre un homme armé d’un couteau près d'un hôpital militaire à Lyon
    Sur une vidéo devenue virale, des forces de l'ordre gazent les clients d'un café lors de l’acte 31
    Tags:
    skieur, JO 2018 de Pyeongchang, Tribunal arbitral du sport (TAS), Comité international olympique (CIO), France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik