Ecoutez Radio Sputnik
    Jeux Olympiques / image d'illustration

    «L’AMA s’est montrée infructueuse dans la lutte contre le dopage»

    © Sputnik . Igor Zarembo
    Actualités
    URL courte
    Maria Balareva
    8162

    Ayant qualifié d’«insuffisantes» les preuves pour établir des cas de dopage, le Tribunal arbitral du sport a annulé la suspension des athlètes russes des JO, imposée en janvier par le CIO. Cette situation ne fait que montrer que le CIO «s’est joué un mauvais tour», estime, dans une interview à Sputnik, le champion olympique Andrei Chemerkin.

    Sputnik a contacté le champion olympique russe d'haltérophilie de 1996, Andrei Chemerkin, pour connaître son avis sur les derniers événements concernant la suspension des athlètes russes des Jeux olympiques d'hiver de Pyeongchang imposée par le Comité international olympique (CIO) et qui a été récemment annulée par le Tribunal arbitral du sport (TAS).

    «Le Comité international olympique s'est joué un mauvais tour dans cette affaire, parce que […], il doit y avoir quelque chose de sacré», estime Andrei Chemerkin dans un entretien accordé à Sputnik.

    Et de poursuivre:

    «On a lancé le mouvement olympique non pas pour se mesurer par des ambitions politiques. Mais dans ce cas-là, les ambitions politiques ont défait à la fois le mouvement olympique dans son ensemble mais aussi le Comité international olympique même.»

    En ce qui concerne la manière dont les athlètes russes ont été traités, Andrei Chemerkin, détenteur de l'or olympique de 1996 et du bronze de 2000 en haltérophilie, estime que le processus de contrôle des sportifs n'était pas secret:

    «L'AMA s'est montrée comme une organisation infructueuse dans la lutte contre le dopage. N'importe qui peut ouvrir ces tubes à essai.»

    Andrei Chemerkin explique que même si des sportifs étrangers commettent, eux aussi, des erreurs et se voient parfois aussi disqualifiés des compétitions, il s'agit toujours de mesures temporaires, alors que «les sportifs russes ont été disqualifiés à vie et sans aucun fondement, sans aucune preuve.»

    Dans un sens, selon Andrei Chemerkin, cela endurcit l'esprit des sportifs, alors qu'il aurait été mieux si tout se passait normalement, si la situation avait été traitée «avec humanité»:

    «Au lieu de ça, il n'y a que des différends politiques. Je n'arrive pas à comprendre, qu'est-ce qu'ils veulent de nous: nous couper le souffle, nous étouffer… mais pas par de tels moyens, en imposant des sanctions», conclut Andrei Chemerkin.

    Cependant, à la veille de cet événement «tant attendu dans le monde entier», le champion olympique croise les doigts pour que tout se passe bien et que les sportifs russes se montrent aux JO avec toute leur dignité.

    Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a satisfait jeudi les appels de 39 sportifs russes présents aux JO de Sotchi 2014 et sanctionnés par le CIO.

    Ainsi, le TAS a annulé la suspension à vie de 28 sportifs russes, leur permettant ainsi de participer aux JO d'hiver de Pyeongchang qui débutent le 9 février.

    Le TAS a estimé que les preuves étaient «insuffisantes» pour établir des cas de dopage à l'encontre de ces sportifs soupçonnés d'avoir profité d'un prétendu système de dopage d'État qui vaut à la Russie d'être suspendue des JO d'hiver.

    L'appel de 11 sportifs russes a été satisfait partiellement: la suspension à vie a été remplacée par une suspension des JO 2018.

    Lire aussi:

    Le TAS annule la suspension des 39 sportifs russes bannis à vie des JO
    Poutine: la décision du TAS prouve que la majorité des sportifs russes sont «propres»
    Le Wall Street Journal «attribue» le titre de plus stylée à l’équipe russe aux JO
    Tags:
    champion olympique, anti-dopage, lutte antidopage, athlètes, dopage, JO 2018 de Pyeongchang, Tribunal arbitral du sport (TAS), Comité international olympique (CIO), Pyeongchang, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik