Actualités
URL courte
Jeux olympiques d'hiver 2018 (117)
16121
S'abonner

Le patineur de vitesse japonais Kei Saito, spécialisé dans le short-track, est le premier sportif participant aux Jeux olympiques 2018 à avoir été contrôlé positif au dopage, a annoncé mardi le Tribunal arbitral du sport (TAS).

Retrouvez plus d'articles sur les JO-2018 dans notre dossier spécial

Le sportif japonais Kei Saito, 21 ans, spécialiste du short-track, a été «provisoirement suspendu» et a dû quitter le village olympique après avoir été testé positif au dopage.

«Kei Saito a été testé positif à l'acétalozamide, un produit diurétique considéré comme masquant, durant un test hors compétition», précise le TAS. «Aucun des résultats enregistrés pendant les Jeux n'a été affecté.»

Le sportif était prévu comme remplaçant du relais 5.000 m homme ce mardi.

Le Comité national olympique japonais (JOC) a déclaré que le sportif avait été testé après un entraiment le 4 février, juste avant de s'installer dans le village des athlètes.

Dans une déclaration, M. Saito a nié un dopage intentionnel et a déclaré qu'il était «extrêmement choqué» par les résultats.

«Je n'ai jamais utilisé le dopage, je n'ai jamais utilisé de stéroïdes anabolisants et je n'ai jamais eu besoin d'essayer de le cacher», a-t-il déclaré dans un communiqué.

Le sportif a déclaré avoir accepté la suspension provisoire parce qu'il «ne voulait pas gêner ses coéquipiers aux Jeux olympiques» et qu'il «quitterait volontairement l'équipe et le village des athlètes.»

Pendant les Jeux, les cas positifs tombent sous la juridiction du Tribunal arbitral du Sport et lui sont transmis directement.

Dossier:
Jeux olympiques d'hiver 2018 (117)

Lire aussi:

Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
Un chien protège un garçon de trois ans perdu dans les bois
La punition qu’un père administre à ses filles qui refusent de porter le voile
Une mère de trois enfants saute dans un étang gelé pour sauver un chien – vidéo
Tags:
patinage de vitesse, dopage, JO 2018 de Pyeongchang, Kei Saito, Pyeongchang, Corée du Sud, Japon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook