Opinion
URL courte
Par
14385
S'abonner

Après de longues semaines de confinement, l’activité des entreprises en France est au ralenti. L’économie souterraine n’échappe pas non plus à la tendance globale. Moins de clients dans les points de vente, difficultés pour s’approvisionner, le marché des stupéfiants pâtit aussi de la crise sanitaire.

Se dirige-t-on vers une pénurie de substances illicites en France? Estimé par l’Insee en 2018 à 2,7 milliards d’euros, soit 0,1% du PIB du pays, le marché des stupéfiants s’avère très lucratif pour les délinquants. La Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) évalue le poids du trafic au minimum à 3,5 milliards d’euros. La crise du Covid-19 et les différentes mesures prises par les gouvernements mettent un coup d’arrêt à ce marché noir.

C’est ce que confirme un revendeur sous couvert d’anonymat à Sputnik. Il confie ressentir «des difficultés pour récupérer du matos [produit, ndlr]». Il a dû s’adapter à cette crise inédite en changeant sa manière de fonctionner.

«On ne peut pas travailler à nos heures habituelles. On adapte nos horaires, plus de travail en journée par exemple. On respecte les gestes barrières comme tout le monde: gel, masque et gants tout le temps. On limite les contacts, on ne serre pas la main ou quoi, je sers [le produit, ndlr] et je pars», explique le revendeur.

Dans un texte publié sur VIH.org, Michel Gandilhon, chargé d’études et spécialiste des marchés pour l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFTD), explique que «la quasi-totalité de la cocaïne consommée en France est produite en Colombie. Elle passe par le Brésil ou les Antilles, ou encore la Guyane, avant d’arriver en France. Cette entrée s’effectue soit dans les grands ports commerciaux (Havre ou Marseille) soit dans les aéroports, notamment Orly».

Difficulté d’approvisionnement

Et de poursuivre: «si le trafic par porte-conteneurs en provenance d’Amérique latine n’a été affecté que modérément par les mesures de fermeture des frontières, la récession brutale, consécutive au choc subi par l’économie mondiale, devrait entraîner une chute du commerce maritime international qui affectera dans les semaines à venir le trafic de cocaïne. Moins de conteneurs signifiant moins de cocaïne».

Pour les autres sources d’approvisionnement, comme le décrit Michel Gandilhon de l’OFTD toujours pour VIH.org, à savoir les Pays-Bas et la Belgique, les livraisons se tarissent, mais continuent. En effet, il est désormais très compliqué de faire transiter de la marchandise à cause de la recrudescence des contrôles douaniers. Néanmoins, avec un nombre très important de points d’entrées possibles, des livraisons passent entre les mailles du filet.

Les principaux canaux de distribution bloqués

Saisie de 1174 kilogrammes de résine de cannabis à Nâama, Algérie
© Sputnik . Sputnik via le Ministère algérien de la Défense nationale
En ce qui concerne la résine de cannabis, substance la plus consommée en France, le spectre d’une pénurie plane également. Et pour cause, les produits en provenance du Maroc ou d’Espagne circulent plus difficilement avec les fermetures de frontières et l’augmentation du nombre de contrôles. Par ailleurs, avec un nombre faible de voitures sur les routes, les «go fast» sont maintenant évités.

Malgré des ventes qui ont explosé au début du confinement, car pour certains produits comme le cannabis, les usagers ont constitué des stocks «avant de partir à la campagne», il y a une chute de la demande.

«La demande est en chute pour la blanche [cocaïne, ndlr] en tout cas», déplore le revendeur.

Un état de fait somme toute compréhensible pour plusieurs raisons. D’une part, si les consommateurs réguliers ou dépendants continuent d’essayer de se procurer de la drogue, les consommateurs occasionnels, ou ceux qui en prenaient dans un cadre «festif», profitent du confinement pour se focaliser sur d’autres choses.

Les habitudes changent lors du confinement

D’autres part, compte-tenu de la rareté des produits, les prix explosent. Reprenant les données recueillies par le réseau Trend de Bordeaux, Michel Gandilhon indique «une hausse des prix de 60 euros à 80 euros le gramme de cocaïne». Le membre de l’OFCT mentionne également que «les prix au détail de la résine de cannabis semblent en très forte augmentation, passant de 5 à 9 euros le gramme toujours à Bordeaux». «Tandis que les prix de demi-gros pour 100 grammes seraient passés de 250 à 700, voire 1.000 euros», poursuit-il. En outre, dans la région de Perpignan, «selon l’OFAST [Office anti-stupéfiants, ndlr] dans une interview pour Ouest France, le prix de gros du kilo de résine de cannabis aurait augmenté de 30 à 40% en trois semaines», détaille M.Gandilhon.

Enfin, la restriction des mouvements constitue un frein très important. Les «fours» (supermarchés de la drogue) où s’agglutinaient parfois les clients se désertifient.

​En cause, le risque d’être verbalisé pour non-respect du confinement ou tout simplement la peur d’attraper le Covid-19.

Autant d’éléments qui peuvent laisser craindre, dans le pire des scénarios, un embrasement des quartiers sensibles. C’est en tout cas la thèse de Nicolas Pucheu, directeur de communication du syndicat UNSA-Police, Île-de-France. Dans un entretien accordé au journal Le Monde, il estime que «certains quartiers sont au bord de l’implosion. Pour ces personnes, il est hors de question que l’activité cesse, qu’il n’y ait plus de revenus. […] On peut imaginer qu’une fois leurs réserves écoulées, ils se tournent vers des braquages de commerces ou de distributeurs de billets».

Lire aussi:

Violent incendie en cours dans un entrepôt à Aubervilliers, la fumée visible depuis Paris - images
Valls ministre des Affaires étrangères? Une note secrète dévoilée par Marianne évoque un possible remaniement
Deux policiers US poussent un homme de 75 ans qui finit en sang sur le trottoir – vidéo choc
Endormie, elle est violée par un ouvrier venu faire des travaux chez elle dans les Yvelines
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook