Ecoutez Radio Sputnik
    Stop

    Nouvelles sanctions, la Russie dit... merci et garde le cap

    CC0
    Points de vue
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    102894

    Ceux qui ont peu ou mal étudié l’histoire s’imaginent qu’ils peuvent faire fléchir la Russie à coups de pressions extérieures. C’est gravement sous-estimer la capacité de résilience du pays, qui en profite pour se renforcer. Les sanctions antirusses, que les USA viennent encore de renforcer, en sont l’éclatante démonstration.

    Le temps passe, mais l'Occident, et avant tout les États-Unis, semble déterminé à vouloir poursuivre ses attaques contre la Russie. En témoignent naturellement les nouvelles sanctions votées par les USA à l'encontre de Moscou. Ses dirigeants n'ont visiblement toujours pas compris que la Russie version 2017 ne reculera pas, et ce pour plusieurs raisons.

    Tout d'abord, une large majorité de citoyens russes soutient clairement la politique actuelle de la Russie. Cela ne signifie pas pour autant qu'il n'y a pas de problèmes à régler, comme chaque pays la Russie fait face à des défis à relever. Néanmoins, l'écrasante majorité de la population refuse catégoriquement toute idée d'un retour aux années libérales pro-occidentales 1990, tellement applaudies en Occident.

    L'idée de la démocratie souveraine, développée en Russie dans les années 2000, a fait du chemin et aujourd'hui ne se limite plus à la seule Russie, mais à un nombre sans cesse croissant de nations, qui souhaitent bâtir un État de droit dans le respect des valeurs et des traditions propres à chacune et dans lesquelles la voix de la majorité décide du chemin à suivre. Parallèlement à cela, le leadership occidental privilégie quant à lui de moins en moins le vote populaire, tout en continuant à donner des leçons de vie au reste de l'humanité (représentant la majorité de la population terrestre) et à vouloir exporter des «valeurs» dont cette même majorité du globe terrestre ne veut pas.

    Revenons à la Russie. Au-delà de la fierté nationale, les Russes savent aussi analyser et comparer et peut-être sur beaucoup de points mieux qu'en Occident. En effet, les citoyens russes refusent l'hypocrisie des élites occidentales qui affirment que les années de honte postsoviétiques étaient les meilleures de l'histoire russe. Ces mêmes années où une grande partie de la population vivait d'une façon indigne pour un pays comme la Russie, lorsque le marasme économique était ambiant et les règlements de comptes mafieux quotidiens. Et c'est aussi à cette période peu glorieuse de l'histoire contemporaine de la Russie, qu'une classe ultralibérale et largement pro-occidentale s'est enrichie de façon spectaculaire et le plus souvent criminelle.

    Puis changement de cap, politique comme économique. Tout en restant attachée à l'économie de marché, la Russie post années 2000 a limité l'approche ultralibérale du gouvernement précédent. Le niveau de vie moyen a alors augmenté considérablement. La Russie a retrouvé non seulement le statut de grande puissance internationale du point de vue de ses capacités défensives, et notamment nucléaires, mais s'est à nouveau retrouvée dans le Top 10 des puissances économiques mondiales. Évidemment, certains «analystes» du mainstream n'ont pas manqué de dénigrer les résultats obtenus, affirmant qu'ils étaient dus presque uniquement aux prix élevés des hydrocarbures.

    Vraiment? Et aujourd'hui donc? Alors que ces mêmes prix sont maintenus au plus bas et que la Russie fait face à une pression hors normes émanant des élites occidentales depuis plusieurs années, comment se fait-il alors que le pays non seulement tienne bon économiquement, mais en plus alloue des sommes très importantes, aussi bien pour des projets à l'intérieur de la Russie qu'à l'étranger?

    Encore une fois, grand merci aux élites peu prévoyantes de l'Occident, qui connaissent bien mal la mentalité russe. Car au final, ils ont donné ce petit coup de pouce dont la Russie avait besoin. Lorsque je suis revenu à Moscou après mes études en France, j'ai insisté sur le fait que nous avions besoin d'une large diversification non seulement de notre économie, mais aussi de nos liens économiques. Malheureusement, il a fallu attendre un certain temps pour aller dans cette direction, mais le processus a bien été lancé.

    Résultats, les pays instigateurs des sanctions perdent bien plus économiquement parlant que la Russie grâce à des contre-mesures efficaces. Mais ce n'est même pas l'essentiel. L'essentiel étant que les représentants d'un large nombre de secteurs de l'économie russe prient pour la poursuite des sanctions et contre-sanctions. En premier lieu le secteur agroalimentaire russe, qui a su tirer profit des occasions qui s'offraient à lui du fait des sanctions. Mais il est loin d'être le seul et désormais, la Russie mise à fond sur les exportations, créant même une sérieuse concurrence aux entreprises occidentales.

    Et il ne s'agit pas là que d'hydrocarbures et d'armement, deux secteurs qui demeurent bien sûr stratégiques. La Russie est de plus en plus à la «mode» à tous les niveaux: automobile (notamment des 4x4), nouvelles technologies (produits IT et autres), jusqu'aux services éducationnels. Même les experts onusiens reconnaissant que le gouvernement russe a réussi à adapter efficacement son économie à la suite des sanctions engagées à son encontre.

    Pendant ce temps, les entrepreneurs européens continuent à compter leurs pertes après avoir perdu le marché russe pour bien longtemps, pour certains probablement pour toujours. Leur niche a été rapidement prise par les producteurs nationaux russes et avec eux les professionnels d'un certain nombre de pays d'Asie, d'Amérique latine et d'Afrique.

    Enfin, et bien qu'étant un produit du système éducatif européen, plus précisément français, je suis heureux que mes compatriotes aient dans l'ensemble cessé d'idéaliser nos voisins occidentaux. Nous avons beaucoup en commun avec les peuples d'Europe, mais tant que les gouvernements qui parlent et prennent des décisions au nom de ces peuples poursuivront leur politique hostile vis-à-vis de la Russie, nous serons obligés d'y répondre avec efficacité.

    Oui, aujourd'hui nous pensons à nos propres intérêts et aux intérêts de nos alliés. Dernier point: que vous soyez désormais en Chine, au Venezuela, en Algérie, au Vietnam, en Iran ou ailleurs, ne soyez plus surpris d'entendre parler russe. La Russie est une puissance globale et le restera, n'en déplaise à certains.

    La concurrence sera ferme. Certains vont devoir faire de la place.

    ​Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Prolongement des sanctions antirusses: «Une minorité agressive mène la danse»
    Le SPD allemand veut obtenir la levée des sanctions antirusses
    L’UE a pris sa décision sur la prorogation des sanctions antirusses
    La Maison-Blanche compte affaiblir le projet de loi du Sénat sur les sanctions antirusses
    Sanctions antirusses: l’UE dans le sillage des USA?
    Tags:
    sanctions antirusses, Europe, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik