Ecoutez Radio Sputnik
    Situation au Yémen

    L'intervention saoudienne ne pourra pas calmer le Yémen

    © AP Photo / Hani Mohammed
    Lu dans la presse
    URL courte
    Kommersant
    Opération militaire au Yémen (2015) (122)
    0 253

    L'Arabie saoudite a lancé une intervention militaire directe au Yémen, son voisin, dont la moitié du territoire est contrôlée des groupements chiites de Houthis soutenus par l'Iran, rival géopolitique principal de Riyad, écrit vendredi le quotidien Kommersant.

    L'Arabie saoudite a lancé au Yémen une opération militaire baptisée "Tempête de fermeté". Riyad a réussi à impliquer neuf pays: le Qatar, le Koweït, Bahreïn, les Émirats arabes unis, l'Égypte, le Maroc, le Soudan, la Jordanie et le Pakistan. Les États-Unis offrent aux alliés leur aide "logistique et de renseignement".

    Hier l'aviation de la coalition, qui compte environ 190 avions, a frappé les positions des Houthis sur tout le territoire yéménite, notamment la base aérienne, l'état-major, les avions de combat et les systèmes de DCA situés près de l'aéroport international de Sana. Les forces aériennes des alliés ont également ciblé les bases militaires occupées par les Houthis dans le sud du pays, qui avaient permis aux chiites de prendre le port stratégique d'Aden.

    Majid Abdelaziz al-Turki, conseiller du ministre des Affaires islamiques, a expliqué la position des autorités saoudiennes: "L'objectif principal de la coalition est de rétablir l'ordre et les pouvoirs du président Abd Rabo Mansour Hadi, que Riyad et l'Onu considèrent comme le leader légitime du pays. Ce dernier a personnellement demandé aux forces du Conseil de coopération des États arabes du Golfe d'entrer au Yémen et d'éliminer les conséquences du coup d'État illégitime. D'autre part, les Houthis ont lancé des exercices militaires dans la province de Sa'dah dans le nord du pays, c'est-à-dire à proximité de notre frontière commune. Leurs leaders ont menacé d'entrer en Arabie saoudite pour faire chuter le régime. Ainsi, nous étions obligés de prendre des mesures militaires. Dans le futur, les autorités saoudiennes veulent obtenir un règlement diplomatique du conflit et sont prêtes à offrir une plateforme de négociations à ces fins".

    Mais de nombreuses tribus yéménites ne sont pas prêtes à soutenir le président du pays, déçues par sa politique et mécontentes des liens étroits entre Washington et Riyad. Qui plus est, elles ont reçu des offres attractives d'Ali Abdallah Saleh, allié des Houthis et ancien président qui a gardé une influence dans le pays depuis son éviction en 2011.

    Ce Yémen fracturé pourrait donc se transformer en champ d'affrontement de Riyad et Téhéran, considéré comme le financier principal des Houthis. Les autorités iraniennes ont déjà considéré hier l'opération Tempête de fermeté comme une "agression inspirée par les États-Unis", mais n'ont témoigné pour le moment d'aucune envie de se mêler ouvertement au conflit.

    L'opération militaire au Yémen a été lancée sans l'approbation des institutions internationales, bien qu'il ait été prévu initialement que cette question soit débattue ce week-end lors du sommet de la Ligue arabe en Égypte. Hier Alexandre Loukachevitch, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, a attiré l'attention des USA et des autres pays qui soutiennent l'opération au Yémen sur ses "conséquences sérieuses pour la sécurité régionale". Et vers le soir, le président russe Vladimir Poutine s'est entretenu par téléphone avec son homologue iranien Hassan Rohani à l'initiative de la partie iranienne. D'après le Kremlin, Vladimir Poutine a souligné l'"importance de l'arrêt immédiat des hostilités et de l'intensification des efforts — notamment dans le cadre de l'Onu — visant à élaborer des solutions pour un règlement pacifique du conflit" au Yémen.

    Dossier:
    Opération militaire au Yémen (2015) (122)

    Lire aussi:

    Yémen: Erdogan accuse l'Iran de vouloir dominer la région
    Yémen: les rebelles s’emparent de documents secrets de la CIA
    Yémen: le président Hadi appelle les pays arabes à intervenir militairement
    Les habitants d’Aden en panique après une attaque sur la ville
    Tags:
    Houthis, opération militaire, Tempête de fermeté (opération militaire), Arabie Saoudite, Iran, Yémen
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik