Lu dans la presse
URL courte
Par
0 962
S'abonner

"Le palmarès des actions commises par John McCain au nom du département d'Etat est impressionnant. Il a participé à toutes les révolutions de couleur orchestrées ces vingt dernières années"

Le sénateur John McCain, russophobe fervent de longue date, considéré comme un des principaux faucons américains, s'est avéré être le véritable chef d'orchestre du Printemps arabe: en prévision des événements sanglants en Syrie et en Libye, il avait rencontré dans ces pays des terroristes de tout poil, écrit mercredi le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

Telles sont les conclusions de la nouvelle étude de l'écrivain et journaliste Thierry Meyssan. Ce dernier est l'auteur d'un livre révélant qu'un complot interne était à l'origine des attentats du 11 septembre 2001 aux USA. Meyssan affirme également que l'attentat contre l'école de Beslan en 2004 a été initié par les renseignements américains et que l'Otan se trouve derrière le club Bilderberg, qu'on qualifie parfois de "gouvernement mondial".

Cela fait déjà 22 ans que McCain dirige l'Institut républicain international (IRI). Ce dernier travaille en étroite collaboration avec la CIA et ses filiales, et le financement de l'organisation constitue un volet à part dans le budget du département d'Etat approuvé par le Congrès. La promotion forcée par l'IRI des intérêts américains à l'étranger a conduit à l'interdiction de son activité dans certains pays. D'ailleurs, deux agents de cette ONG, accusés d'avoir préparé la révolte contre le président égyptien Hosni Moubarak, avaient trouvé refuge à l'ambassade des USA au Caire où ils ont immédiatement rencontré McCain venu de toute urgence en Egypte. Au final, Moubarak a été renversé et les deux protégés de McCain ont été immédiatement disculpés par le président Morsi, lui aussi renversé par la suite avec l'aval des USA. Cela prouve une fois de plus que les Américains sont prêts à oublier rapidement ceux qui leur ont fait unes faveur: cela s'est produit des dizaines de fois en Amérique latine.

Le sénateur McCain passe constamment en force en négligeant les lois et les traditions des pays où il veut "mettre de l'ordre". Le comportement de McCain au Moyen-Orient (en Syrie et en Libye) est une autre preuve du fait que les néoconservateurs américains se distinguent par leur indifférence cynique vis-à-vis du sort des gens qui souffrent des conflits régionaux déclenchés par Washington. "Le palmarès des actions commises par John McCain au nom du département d'Etat est impressionnant. Il a participé à toutes les révolutions de couleur orchestrées ces vingt dernières années", conclut Meyssan.

L'auteur s'appuie sur un rapport des renseignements français pour indiquer que McCain présidait la réunion de l'Otan tenue au Caire le 4 février 2011, lors de laquelle il a été prévu d'organiser le Printemps arabe en Libye et en Syrie. Meyssan affirme entre autres que l'Otan avait utilisé l'argent du Qatar pour former en Libye en 2012 5 000 djihadistes et que le futur califat avait reçu 2,5 millions de dollars.

Photos à l'appui, l'enquête de Meyssan indique clairement qu'au profit de leurs fins et ambitions politiques les Américains sont même prêts à conclure des accords avec ceux qu'ils considèrent comme des terroristes avérés. Par exemple, durant la visite du sénateur américain en Syrie pour rencontrer l'opposition armée, McCain s'est affiché avec l'extrémiste Mohamed Nour proche d'Al-Qaïda et complice de la prise d'otages et leur exécution. Sur une autre photo, on voit McCain en compagnie d'un autre personnage curieux — Ibrahim al-Badri, qui fait partie du top-5 des terroristes les plus recherchés par Washington et pour lequel une récompense de 10 millions de dollars est promise. 

Lire aussi:

Joe Biden confond trois fois la Libye et la Syrie à la veille de son sommet avec Vladimir Poutine
Un journaliste US essaie d’interrompre Vladimir Poutine, le Président russe réplique
Une veillée funéraire visée par des tirs de LBD et lacrymos à la Plaine Saint-Denis
Les États-Unis vont-ils utiliser la mer Noire comme prochaine zone de conflit contre la Russie?
Tags:
révolutions de couleur, John McCain, Thierry Meyssan, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook