Lu dans la presse
URL courte
Par
5414
S'abonner

Le récent massacre de plusieurs afro-américains dans une église de Caroline du Sud a relancé le débat sur le drapeau confédéré: les uns le considèrent comme un symbole raciste, alors que les autres le présentent comme un héritage des États du Sud et de la Guerre de sécession, écrit mercredi le quotidien Gazeta.ru.

Le drapeau confédéré installé près du Capitole de Caroline du Sud refait parler de lui: certaines associations civiles exigent que la gouverneure républicaine Nikki Haley fasse retirer le drapeau que de nombreuses personnes associent au racisme. Elles ont encore haussé la voix suite au récent massacre de plusieurs afro-américains dans une église de Charleston. Dylann Roof, tueur de 21 ans, a fusillé les paroissiens par haine raciale. D'après les médias, la plaque d'immatriculation de sa voiture était décorée d'un drapeau confédéré.

Karen Hunter, journaliste et prix Pulitzer, a même publié une pétition sur MoveOn.org, qui dit: "Le drapeau confédéré n'est pas le symbole de la fierté du Sud mais celui de la résistance et du racisme. Un terroriste raciste a massacré neuf noirs dans une église de Caroline du Sud, il est grand temps de laisser ce drapeau au passé et de progresser vers l'assainissement et l'amélioration des États-Unis".

Lundi, cette pétition a recueilli les signatures de plus de 489 000 personnes. La gouverneure Nikki Haley a déclaré que c'était le Parlement de la Caroline du Sud qui détenait le pouvoir de décider du sort du drapeau.

Le président américain Barack Obama s'est prononcé contre l'accrochage du drapeau confédéré sur la place publique: selon lui, sa place est au musée. Lindsey Graham, sénateur républicain influent de Caroline du Sud, veut quant à lui conserver ce drapeau, qui fait partie de l'histoire américaine.

Mitt Romney, républicain et ancien candidat à la présidentielle, a soutenu les demandes de retirer ce drapeau, "symbole de la haine raciale".

John McCain, sénateur républicain, a deux fois changé d'avis, tenant des propos tout à fait contradictoires. Ainsi, lors de la campagne présidentielle de 2000 il avait considéré le drapeau comme le "symbole du racisme" pour le décrire ensuite comme un "symbole du patrimoine national".

La Cour suprême des États-Unis a pris la semaine dernière une sentence controversée concernant la présence du drapeau confédéré sur les plaques d'immatriculation. Après avoir examiné le cas d'un groupe d'activistes du Texas, qui demandaient au gouvernement fédéral de reconnaître leur droit d'utiliser l'image du drapeau sur leurs plaques d'immatriculation pour rendre hommage aux soldats de la Confédération, les juges ont soutenu la position des autorités du Texas qui estimaient que les plaques, en tant que propriété publique, devaient être exemptes de tout "contenu idéologique".

Le drapeau confédéré reste néanmoins populaire. Selon un sondage effectué l'année dernière par l'organisme sociologique Winthrop University, 61% des habitants de Caroline du Sud étaient favorable à la conservation du drapeau, alors que 33% exigeaient son retrait.

Lire aussi:

USA: neuf morts dans une fusillade à Charleston
L'auteur de la fusillade dans une église de Charleston a été arrêté
Etats-Unis: fusillade dans une église, 9 personnes tuées
Un garçon de 12 ans laisse son chiot sur le seuil d'un refuge avec une note déchirante - photos
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook