Ecoutez Radio Sputnik
    Donetsk

    Le Donbass devient une zone de conflit gelé

    © Sputnik . Iliya Pitalev
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    Situation dans le Donbass (2015) (227)
    5305

    Le calme s'est installé dans le Donbass depuis samedi.

    Les deux parties respectent dans l'ensemble les accords convenus fin août par le groupe de contact pour le règlement du conflit et le cessez-le-feu au début de l'année scolaire. Le groupe organisera demain la deuxième vidéoconférence ce mois-ci pour vérifier les positions et se préparer à la réunion de mardi prochain à Minsk. Les sources ukrainiennes confirment qu'à l'issue de ces négociations, de nouveaux accords sur le retrait des armements de la ligne de contact seront signés.

    Rappelons que les dirigeants du "format Normandie" — Angela Merkel, François Hollande, Vladimir Poutine et Piotr Porochenko — s'étaient déjà entendus le 21 juillet sur la signature de ces accords.

    Le président ukrainien a précisé qu'il serait question du retrait par chaque partie des chars et de l'artillerie à 15 km de la ligne de front. Une zone tampon de 30 km devrait être mise en place, mentionnée dans une section des premiers accords de Minsk signés il y a un an. Porochenko a précisé en juillet 2015 que les quatre dirigeants s'étaient mis d'accord pour signer de nouveaux accords avant le 3 août et les mettre en œuvre dans les dix jours qui suivraient.

    Mais les opérations avaient repris dans le Donbass début août. Pour la première fois depuis les accords de trêve, les bombardements ont visé des quartiers résidentiels des régions de Donetsk et de Lougansk. La confrontation s'aggravait mais la situation a changé après quelques cycles de négociations dont le contenu n'a été rapporté que dans les grandes lignes. Le 24 août, journée de l'indépendance de l'Ukraine, Porochenko a été invité à Berlin pour rencontrer Angela Merkel et François Hollande, après quoi la chancelière allemande a téléphoné à Vladimir Poutine.

    Puis la situation a de nouveau changé à la réunion du groupe de contact à Minsk: les parties n'ont pas réussi à tomber d'accord sur les points de litiges (comme certaines zones de la ligne de séparation), mais ont convenu un cesser le feu d'ici au 1er septembre. Le jour de la rentrée scolaire, les membres du groupe de contact ont organisé une vidéoconférence avec la participation des représentants des Républiques autoproclamées de Donetsk (DNR) et de Lougansk (LNR) pour échanger des informations sur la situation dans le Donbass. Il s'est avéré qu'à compter du 31 août les échanges de tirs avaient pratiquement cessé: quelques fusillades ponctuelles ont été constatées qui, comme l'admet la partie ukrainienne, auraient pu être provoquées par des bandes armées que personne ne contrôle. De plus, la mission de l'OSCE a rapporté trois dizaines d'explosions près de l'ancien aéroport de Donetsk, mais les observateurs ignorent qui a tiré et ce qui a explosé dans cette zone à risque.

    Le président Porochenko a confirmé qu'aucune des parties n'avait utilisé l'artillerie ou d'autres armements lourds depuis fin août. Si la situation se calmait dans la zone de conflit, le 8 septembre le groupe de contact pourrait signer à Minsk un accord sur le retrait des armements de calibre inférieur à 100 mm de la ligne de démarcation.

    Kiev espère que la trêve permettra d'entamer la discussion sur l'organisation des élections locales. Porochenko a précisé récemment qu'il ne renonçait pas aux conditions antérieures: les élections des conseils municipaux dans le Donbass doivent se dérouler conformément à la législation ukrainienne, aux normes de l'OSCE et avec la participation d'observateurs internationaux. Sachant que pour l'organisation du processus électoral, il est exigé de retirer de la région toutes les troupes et les volontaires étrangers, le matériel et les armements, d'assurer le contrôle total de l'Ukraine sur l'ensemble du territoire du Donbass et de la frontière avec la Russie.

    Ces conditions ont été rejetées par les dirigeants des LNR et DNR, qui rappellent que selon les accords de Minsk, Kiev devait dialoguer sur un pied d'égalité avec les dirigeants des républiques sur la manière d'organiser les élections locales. Sans avoir reçu la reconnaissance des autorités ukrainiennes, les dirigeants des LNR et DNR ont fixé leurs propres élections. Ils ont l'intention de revenir sur cette question à Minsk mardi prochain.

    Dossier:
    Situation dans le Donbass (2015) (227)

    Lire aussi:

    «Nous allons envoyer ces navires US au fond de la mer avec des armes secrètes», promet un général iranien
    La photo de l’homme à l’origine de l’explosion à Lyon publiée
    EN CONTINU Au moins 13 blessés dans une explosion à Lyon: Macron parle d’une «attaque» (images)
    Tags:
    accords de Minsk, format Normandie, OSCE, République populaire autoproclamée de Lougansk (RPL), République populaire autoproclamée de Donetsk (RPD), Petro Porochenko, Lougansk, Donbass, Donetsk, Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik