Lu dans la presse
URL courte
Par
141757
S'abonner

La marine américaine et celle d'autres pays se sont toujours battues avec des "sous-marins armés jusqu'aux dents, dotés de la technologie Stealth contre toute détection radar". Désormais Washington devra revoir sa tactique en cas de confrontation avec des pays disposant de ces technologies, rapporte la revue National Interest.

L'expert militaire Harry Kazianis de la revue National Interest a établi une liste des armements capables d'anéantir la flotte navale américaine: elle inclut des sous-marins russes, chinois et suédois.

"Les sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) embarquant des missiles balistiques, les porte-avions et les navires de guerre sous le commandement des militaires les plus compétents ne sont rien par rapport à une confrontation théorique avec la marine russe, chinoise, iranienne ou d'autres adversaires", écrit l'auteur.

Ce dernier note que suite à la conception de sous-marins diesels électriques ultrasilencieux, Washington devra revoir sa tactique en cas de confrontation avec des pays disposant de telles technologies.

Au fil de l'histoire contemporaine, la marine américaine et celle d'autres pays se sont battues avec des "sous-marins armés jusqu'aux dents, dotés de la technologie Stealth contre toute détection radar". En 2005 la marine américaine a pris conscience de ce problème et a demandé de l'aide à ses alliés, après quoi le sous-marin suédois HMS Gotland est venu en Californie pour une durée d'un an pour tester l'interaction d'un tel sous-marin avec un groupe aéronaval américain.

"Il s'est avéré que ces sous-marins, moins chers à la construction par rapport aux sous-marins nucléaires standards, ont semé la confusion dans les rangs américains", indique l'article. En fait, les sous-marins suédois ont pratiquement coulé les grands sous-marins nucléaires d'attaque américains, les destroyers, les frégates et les croiseurs.

Cependant, tous les sous-marins diesels ultrasilencieux n'avaient pas été testés par les USA dans le cadre des essais. En 2006, le sous-marin polyvalent chinois de classe Song construit en partie avec des technologies russes et occidentales, mais moins sophistiqué que le Gotland suédois, a suivi à la trace le porte-avions américain USS Kitty Hawk stationné au Japon en mer de Chine orientale près d'Okinawa, sans même avoir été identifié. Le sous-marin chinois a été remarqué seulement quand il a refait surface à cinq miles du porte-avions. "De tels sous-marins sont dotés d'un missile antinavire et de torpilles autoguidés intraçables", explique l'article.

"En parlant de modernité, la Russie a doublé la mise dans le développement de sa marine. Moscou travaille sur une classe encore plus meurtrière de sous-marins", écrit l'auteur. Il est questions des nouveaux sous-marins diesels électriques du projet 677 Lada équipés de la technologie Stealth.

Plus tôt, le chef de la construction navale de la marine russe Vladimir Triapitchnikov avait annoncé que le sous-marin du projet 677 Lada serait "largement plus silencieux que les sous-marins du projet 636 Varchavianka actuels", pourtant déjà surnommés "les trous noirs" autour du monde. L'article souligne que les sous-marins de classe Lada sont destinés à défendre la ligne côtière, la surveillance et les vols de reconnaissance et peuvent être utilisés en tant que base flottante pour les forces spéciales. Le projet 677 est le premier sous-marin non-nucléaire doté de systèmes de lancement de missiles de croisière, rapporte l'article.

Lire aussi:

La Marine russe obtiendra des nouveaux sous-marins
La Russie sur le point d'élaborer de nouveaux porte-avions
Les flottes russe et chinoise, un défi pour la marine US
Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
Tags:
marine, torpille, missiles antinavires, missiles de croisière, porte-avions, USS Kitty Hawk, HMS Gotland, projet 677 Lada, Stealth, The National Interest, Suède, Chine, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook