Ecoutez Radio Sputnik
    Arseni Iatseniouk

    Ukraine: le parlement voulait destituer le premier ministre

    © REUTERS / Konstantin Grishin
    Lu dans la presse
    URL courte
    Kommersant
    6134

    Le parlement ukrainien a organisé hier soir un vote de défiance à l'encontre du premier ministre Arseni Iatseniouk.

    Les députés n'ont pas réussi à le faire partir: 194 députés ont voté contre lui alors que 226 voix étaient nécessaires. Quelques minutes plus tôt, 247 députés avaient reconnu le travail du gouvernement comme "insatisfaisant". Au moment du vote de défiance, une partie des hommes politiques proches de deux oligarques ukrainiens — Rinat Akhmetov et Igor Kolomoïski - a quitté la salle. Dans le même registre, le procureur général très impopulaire Viktor Chokine a donné hier sa démission à la demande du président ukrainien Petro Porochenko.

    Le recueil des signatures pour la démission du gouvernement avait été initié par les députés lundi: 150 signatures devaient être réunies pour soulever la question du vote de défiance. Cependant, seuls 194 parlementaires ont finalement voté pour la démission du gouvernement alors que 226 voix étaient nécessaires.

    Selon une source de l'administration Porochenko, les analystes de l'équipe du président estimaient encore dans la matinée que 220 députés étaient prêts à voter pour la démission du gouvernement (avec un taux de présence de 100%). Mais ces calculs se sont avérés inexacts. "Les députés ont satisfait l'attente de la population en reconnaissant le travail annuel du gouvernement comme insatisfaisant, mais n'ont pas rassemblé le nombre de voix nécessaire pour sa démission. C'est un instinct de survie: le parlement a évité l'effondrement de la coalition et les élections anticipées", explique une source. Quelques heures avant le vote du parlement, le président ukrainien s'était adressé à la population pour appeler le gouvernement à un "reformatage total" en précisant que l'exécutif devait inclure des "technocrates réformateurs" sans "intérêts lobbyistes". Selon la source, "ce reformatage des dirigeants des institutions clés ne sera que partiel".

    Un changement de cadre a déjà été annoncé: Ioulia Timochenko a annoncé que sa fraction retirait le ministre de la Jeunesse et des Sports du gouvernement.

    Une autre démission a été révélée par la presse ukrainienne hier: celle du procureur général très impopulaire Viktor Chokine. Pour beaucoup d'Ukrainiens, ce dernier était associé à la corruption dans les forces de l'ordre et les diplomates européens et américains avaient déclaré publiquement, à plusieurs reprises, qu'il devait être démis de ses fonctions.

    Petro Porochenko a aussi appelé Arseni Iatseniouk à quitter son poste. Le président a rappelé que d'après les sondages, plus de 70% des électeurs étaient favorables à la dissolution du gouvernement, en soulignant qu'il était "inadmissible d'ignorer cet indicateur". Le président et le premier ministre devront pourtant travailler ensemble pendant encore au moins six mois: conformément à la loi la possibilité de soumettre une nouvelle fois au vote la résolution sur la défiance du gouvernement ne se représentera qu'au cours de la prochaine session parlementaire, c'est-à-dire en automne.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Saakachvili dénonce un "coup d’Etat oligarchique" en Ukraine
    Les autorités régionales ukrainiennes appellent à la destitution de Porochenko
    En Ukraine, un parti recueille des signatures pour la destitution de Porochenko
    Tags:
    parlement, Rada suprême, Viktor Chokine, Rinat Akhmetov, Ioulia Timochenko, Igor Kolomoïski, Piotr Porochenko, Arseni Iatseniouk, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik