Lu dans la presse
URL courte
Par
L'Etat islamique (2014) (1131)
0 018
S'abonner

Les militaires irakiens ont annoncé hier la libération de trois villages dans la province de Ninive, au sud-est de Mossoul - principal bastion de l’État islamique (Daech) dans le pays - mais la vaste offensive contre la capitale régionale, si elle a lieu, devra encore surmonter les attaques d'inghimasis.

Ces djihadistes équipés d'une ceinture explosive se font sauter au milieu d'un groupe de soldats ennemis et aucun des adversaires de Daech, que ce soit en Irak ou en Syrie, n'a encore réussi à neutraliser cette méthode.

Cette dernière est pratiquement infaillible et l'État islamique l'utilise encore plus activement depuis qu'il a commencé à être rejoint par des étrangers du Golfe et de la CEI. L'armée irakienne en a subi les conséquences dans les affrontements sanglants pour la libération de Falloujah en mai-juin 2016. Ce constat permet d'affirmer que Daech a bien mis en place une "production en série" d'unités d'inghimasis, véritable "élite" parmi les kamikazes, qui ont déjà perturbé le calendrier de l'opération pour libérer la ville, qui a duré bien plus longtemps que le QG irakien ne l'avait prévu.

Les djihadistes ont eu recours à cette même tactique début janvier près de Tikrīt, ville natale de Saddam Hussein, quand deux terroristes ont fait exploser leur voiture piégée devant l'ancienne base américaine Speicher et trois autres ont actionné leur ceinture d'explosifs, tuant 12 agents de sécurité irakiens.

La Syrie est confrontée aux mêmes problèmes. Fin juin, Daech a lancé une puissante controffensive à l'ouest de la province de Racca contre l'armée syrienne en utilisant des chars, l'artillerie, des véhicules blindés piégés et des inghimasis. Ces derniers perçaient la défense avant que les effectifs principaux de djihadistes achèvent le travail. Les camions, les bulldozers et les tracteurs chargés d'explosifs et habillés avec des plaques de blindage fonçaient à toute allure au centre des troupes syriennes du gouvernement et des rebelles. La puissance des explosions propulsait les plaques de blindage dans un rayon de plusieurs centaines de mètres. Au final, les troupes de Bachar al-Assad n'ont pas réussi à résister à la pression des djihadistes et ont reculé de la province de Racca, où se trouve la capitale du califat autoproclamé.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Dossier:
L'Etat islamique (2014) (1131)

Lire aussi:

Un convoi de Daech attaqué en Irak, 250 djihadistes abattus
Un Allemand devient chef des opérations de Daech dans la province de Ninive
Bagdad: au moins 80 morts et 200 blessés dans deux attentats revendiqués par Daech
29 terroristes éliminés par les Irakiens, qui resserrent l'étau autour de Mossoul
Tags:
kamikaze, ceinture d'explosifs, djihadisme, Etat islamique, Mossoul, Syrie, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook