Lu dans la presse
URL courte
Par
Traduction de la presse russe (juillet 2017) (61)
15250
S'abonner

Le gouvernement ukrainien a reconnu que depuis le début de la guerre civile dans le Donbass il y a trois ans, aucune preuve juridique concrète de l’«occupation russe» de son territoire n'avait pu être trouvée.

Or la thèse de l'«occupation» est l'une des pierres angulaires de la mythologie et de la propagande politique ukrainienne à l'heure actuelle.

Gueorgui Touka, vice-ministre ukrainien des territoires provisoirement occupés et des personnes déplacées, indique que les organes de pouvoir russe ne sont pas présents sur les territoires incontrôlés des régions de Donetsk et de Lougansk. Par conséquent, il est impossible de parler juridiquement d'une occupation.

«En dépit de tous nos efforts, pour l'instant nous ne pouvons pas prouver juridiquement la présence de l'armée régulière russe dans le Donbass», a déploré Gueorgui Touka, notant que cela avait même été confirmé par une récente décision de la Cour internationale de justice de La Haye.

Cette dernière, qui était chargée le procès Ukraine-Russie, n'a pas reconnu les thèses d'«agression» et d'«occupation» et, de ce fait, a refusé d'imposer des «mesures de restriction» contre Moscou. Malgré cela, le ministère ukrainien des Affaires étrangères a proclamé la décision préliminaire de la cour de «victoire», sachant que la plupart des politiciens ukrainiens estiment qu'aucune nouvelle preuve n'est nécessaire en la matière.

Lundi, le service russe de la BBC a annoncé que le citoyen russe Viktor Agueev, fait prisonnier dans la région de Lougansk, avait déclaré à la télévision ukrainienne être un militaire russe d'active. Viktor Agueev affirme avoir signé en mars 2017 un contrat d'engagement et a indiqué le numéro de l'unité militaire 65246 qui se situait, selon lui, à Novotcherkassk. Viktor Agueev n'a pas fourni de documents à ce sujet et sa version s'appuie donc uniquement sur ses affirmations verbales.

Le politologue ukrainien résidant aux Pays-Bas Vladimir Kornilov, directeur du Centre d'études eurasiatiques, non seulement ne croit pas à l'«invasion russe» mais rappelle également qu'à la Cour de justice les représentants de Kiev eux-mêmes ne se sont pas plaints de la présence de l'armée russe, même si le président Porochenko continue d'en parler à toutes les tribunes internationales.

«Tout ce qui a été présenté à La Haye est l'accusation de «financement d'organisations terroristes», c'est-à-dire les LNR et DNR, ainsi que de quelques bombardements qui ont eu lieu sur le territoire ukrainien. De cette manière, Kiev reconnaît indirectement qu'il n'y a aucune force russe et que les bombardements barbares dans le Donbass ont été commis par les militaires ukrainiens eux-mêmes. Sinon Kiev aurait également accusé Moscou de ces actes», résume l'expert.

Vladimir Kornilov pense que l'aveu de Gueorgui Touka n'est qu'une preuve de plus que les déclarations de Kiev à ce sujet «ne sont rien d'autre que de l'hypocrisie».

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Dossier:
Traduction de la presse russe (juillet 2017) (61)

Lire aussi:

La vidéo d’un homme poussant une femme dans les escaliers du métro parisien suscite une controverse
Bruno Retailleau accuse Macron d’avoir «confondu l’autorité et le narcissisme»
L’ex-Monsieur Brexit inquiet d’une sortie française de l’UE
Prague annonce l'expulsion de 18 diplomates russes
Tags:
militaires russes, Donbass, Ukraine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook