Ecoutez Radio Sputnik
    sous-marin russe

    L'Otan craintif face aux sous-marins russes?

    © Sputnik . Igor Russak
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    Traduction de la presse russe (décembre 2017) (57)
    13362

    L'Otan continue d'accuser la Russie d'accroître son potentiel militaire. Après les déclarations sur les violations par Moscou du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) l'Occident se dit préoccupé par la prétendue intensification de l'activité des sous-marins russes en Méditerranée et dans l'Atlantique.

    Samedi les craintes de l'Otan face à la Russie ont été exprimées par le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg. Alors que le commandant de la flotte sous-marine de l'Otan le général Andrew Lennon a déclaré que «les Russes pourraient nuire ou s'ingérer dans le transfert de données via les câbles sous l'Atlantique», ce qui pourrait causer un sérieux préjudice à l'économique américaine et européenne. Selon le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    Jens Stoltenberg a souligné que la marine russe est devenue plus active tandis que les militaires de l'Otan «s'entraînaient moins et ont perdu leurs compétences» dans ce domaine.

    Il a rappelé que depuis 2013 13 nouveaux sous-marins sont entrés en service dans la flotte russe qui menace réellement l'infrastructure de l'Otan. A cet égard le secrétaire général de l'Alliance pense que l'Otan doit éliminer de telles menaces pour garantir une «route maritime sûre et ouverte», ainsi que les communications qui relient l'Amérique du Nord à l'Europe. Il a rappelé les plans de l'Alliance de créer une nouvelle unité opérationnelle chargée d'assurer les fournitures supplémentaires via l'Atlantique «en cas de détérioration du conflit avec la Russie».

    Ces déclarations ont été prononcées sur fond de discours du président russe Vladimir Poutine vendredi dernier devant le collège élargi du ministère de la Défense qui a annoncé le caractère défensif de la stratégie militaire du pays, et le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a fait le bilan de l'évolution de l'armée et de la flotte au cours des cinq dernières années. A en juger par le discours de ce dernier il est évident que la modernisation des forces armées du pays (et donc de la marine) s'explique avant tout par les menaces émanant des USA et d'autres pays de l'Otan. Le ministre a souligné que «depuis 2012 le nombre de contingents militaires déployées de l'Otan près des frontières ouest de la Russie a triplé», alors que l'intensité des exercices militaires, elle, a doublé.

    «Nous empêchons résolument toute tentative d'enfreindre les frontières aériennes et maritimes russes. Nous suivons attentivement chaque exercice de l'Otan et nous prenons les mesures appropriées», a déclaré le ministre de la Défense en expliquant que «pour réagir aux nouvelles menaces et maintenir l'équilibre stratégique la géographie des itinéraires de patrouille des avions stratégiques et des navires».

    Autrement dit, selon Sergueï Choïgou, l'activité militaire de la Russie n'est pas régie par les notions d'agression, comme veulent le présenter les dirigeants de l'Otan, mais «pour maintenir l'équilibre stratégique».

    «En disant que les forces navales de l'Otan ont perdu leurs compétences et sont inférieures en termes de capacités à la marine russe, très manifestement Stoltenberg ment», estime l'expert militaire le général Iouri Netkatchev. Selon lui, cette déclaration est un «élément de confrontation informationnelle pour justifier l'augmentation des dépenses par les pays de l'Alliance pour développer leur flotte militaire». L'expert est convaincu que la puissance militaire totale de l'Alliance est largement supérieure à celle de la Russie. Comme le prouvent les informations du centre de recherche américain RAND qui a récemment rendu public un rapport sur les capacités opérationnelles des forces armées russes. Les spécialistes américains de RAND, qui ont été consultés par les fonctionnaires du Pentagone, ont conclu unanimement que le potentiel militaire de l'armée russe est inférieur à celui des USA, de l'Otan et de la Chine. Toutefois, d'après ces experts, cela ne signifie pas que la Russie est facile à vaincre.

    D'un autre côté, le général Netkatchev pense que l'Otan craint à juste titre les nouveaux sous-marins russes et leur capacité de détruire les câbles atlantiques en cas de déclenchement d'un conflit armé. «L'endommagement des lignes de communication est l'une des méthodes de guerre hybride. Les USA et d'autres pays de l'Otan ont déjà utilisé ses méthodes en 1999 pendant la guerre dans les Balkans, et par la suite en détruisant les régimes en Irak et en Libye. L'Otan est persuadée que dans des cas de force majeure la Russie agira de la même manière», note l'expert.

    Comme l'a déclaré le capitaine de vaisseau Oleg Chvedkov, président de l'Union panrusse professionnelle des militaires russes, qui a longtemps servi sur différents sous-marins, «la marine russe dispose de forces et de moyens pour accomplir des missions de destruction des communications sous-marines de l'ennemi». Dans le même temps, d'après lui, «aujourd'hui et dans un avenir prévisible il n'est pas nécessaire de les utiliser à cette fin. La doctrine de la Russie est défensive».

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (décembre 2017) (57)

    Lire aussi:

    La statue du Général de Gaulle jetée à bas lors des festivités après la victoire de l’Algérie à Évreux - image
    Un jeune homme tué au fusil-mitrailleur en pleine rue dans le centre de Paris – images
    Un navire UK a essayé d'empêcher l'Iran d'arraisonner le pétrolier sous pavillon UK, selon un représentant des Pasdaran
    Tags:
    sous-marins russes, OTAN, Moscou
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik