Ecoutez Radio Sputnik
    Corée du Nord

    Une vague d'amnistie en Corée du Nord, signal de «détente»?

    © Sputnik . Ilya Pitalev
    Lu dans la presse
    URL courte
    Gazeta.ru
    Traduction de la presse russe (août 2018) (29)
    482

    Mercredi 1er août, la Corée du Nord a officiellement engagé une vaste amnistie de prisonniers politiques. On ne connaît pas le nombre exact de personnes concernées, mais Donald Trump s'est déjà indirectement attribué le mérite des actions des autorités nord-coréennes.

    Conformément aux plans du gouvernement nord-coréen, l'amnistie concernera ceux qui ont commis des crimes «contre l'État et le peuple», écrit jeudi le site d'information Gazeta.ru.

    L'article du quotidien Rodong Sinmun informe que les autorités profitent de l'amnistie pour réintégrer d'anciens criminels à la société. Formellement, l'amnistie se déroule sur ordre du parlement nord-coréen.

    Cette vague d'amnistie intervient au moment du 70e anniversaire de la fondation de la Corée du Nord. Selon la presse internationale, ce n'est pas la première fois que la république engage un tel processus.

    La dernière amnistie importante remonte à 2015, à l'occasion de la célébration de la libération de l'occupation japonaise. En 2012, Pyongyang avait gracié des détenus pour le 100e anniversaire du fondateur de la Corée du Nord Kim Il-sung.

    D'après le département d'État américain, entre 80.000 et 120.000 prisonniers politiques sont enfermés en Corée du Nord, mais tout le monde n'est pas enclin à croire ces chiffres.

    Les experts ne parviennent pas à évaluer leur nombre exact, tout en sachant qu'on ignore combien de prisonniers ont été libérés lors des amnisties antérieures.

    Certains spécialistes associent l'amnistie actuelle aux changements de mœurs dans le pays-même, notamment suite à l'amélioration des relations de Pyongyang avec les États voisins — la Corée du Sud et le Japon — ainsi qu'avec les USA.

    Toutefois, selon l'analyste américain Benjamin Zylberstein, cette amnistie ne peut pas être considérée comme un signal de «détente».

    «La situation en Corée du Nord est significativement liée aux processus internationaux, et il n'est pas si facile d'analyser les événements dans ce pays en faisant abstraction du contexte international», écrit le site du Foreign Policy Research Institute (Pennsylvanie).

    Le rapport du département d'État américain consacré aux libertés religieuses dans le monde, publié en mai, affirmait que la plupart des détenus en Corée du Nord étaient poursuivis pour «activité religieuse».

    A la veille du sommet avec Kim Jong-un, Donald Trump a déclaré que le sommet aurait un impact bénéfique pour les détenus coréens, qui ne pourraient être que gagnants de cette rencontre.

    La question des détenus en Corée du Nord a été soulevée pendant les pourparlers, mais on ignore si l'amnistie est une tentative de Pyongyang d'améliorer son image aux yeux de Washington.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (août 2018) (29)

    Lire aussi:

    Chemin vers la paix: 200 combattants de groupes armés déposent les armes à Alep
    120 membres de l’Armée syrienne libre amnistiés par Damas à Alep
    Retour à une vie pacifique: plus de 40 djihadistes de la Syrie amnistiés
    Tags:
    détenus politiques, prisonniers, Corée du Nord
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik