Ecoutez Radio Sputnik
    L’incident de l’Il-20 et les S-300 pour la Syrie: la réaction de la société israélienne

    L’incident de l’Il-20 et les S-300 pour la Syrie: la réaction de la société israélienne

    © Sputnik . Ewgeny Odinokov
    Lu dans la presse
    URL courte
    Vzgliad
    Traduction de la presse russe (octobre 2018) (31)
    291683

    La livraison de systèmes antiaériens russes S-300 en Syrie n’a pas constitué un sujet vital aux yeux des Israéliens ordinaires, déjà habitués aux menaces quotidiennes, mais la réaction ferme de Moscou à l’incident de l’Il-20 aurait constitué une surprise désagréable pour le pays.

    Le crash de l'Il-20 russe «aurait pu provoquer des conséquences beaucoup plus graves», a mystérieusement déclaré le Premier ministre israélien devant l'Assemblée générale de l'Onu, sans apporter plus de précisions, écrit lundi le quotidien Vzgliad.

    Le ministre israélien de la Défense Avigdor Liberman a tenu jeudi des propos un peu plus clairs: «Nous n'avons aucun intérêt à régler nos comptes avec la Russie via les médias. Nous avons actuellement des contacts intensifs et concertons les détails via les canaux confidentiels».

    Zeev Hanin, professeur des sciences politiques à l'Université Bar Ilan, estime qu'il existe un consensus social à ce sujet: «Il y a deux groupes au sein des élites israéliennes: les «kremlinoptimistes» et les «kremlinpessimistes». Selon les optimistes, comme la Guerre froide a pris fin et que la Russie se laisse guider par des intérêts pragmatiques et pas idéologiques, les bases nécessaires pour s'entendre existent. Quant aux litiges persistants, il faut les mettre entre parenthèses. Quant aux pessimistes, ils estiment qu'il faut s'éloigner de la Russie, car on ne peut attendre rien de bon de sa part malgré certaines convergences d'intérêts.

    Les derniers événements renforcent évidemment les positions des pessimistes, mais, selon l'expert, on ne constate toujours pas de hausse considérable de leur influence.

    «Dans ce domaine, il n'existe aucune différence notable entre la coalition dirigeante et l'opposition, estime Ksenia Svetlova, députée du parlement israélien et membre du parti d'opposition Hatnuah. Tout le monde souligne qu'Israël doit assurer sa sécurité, et le déploiement des systèmes russe S-300 en Syrie change radicalement la situation dans ce pays».

    Selon elle, les Israéliens ne ressentent toujours aucune hostilité envers la Russie:

    «La Russie n'est certainement pas notre ennemi, ni même un pays avec lequel nous sommes obligés de maintenir des tensions. Au contraire, elle est notre partenaire, et nos relations se sont améliorées depuis quelques années. J'espère que le bruit et les accusations se calmeront et que rien ne perturbera l'intérêt à coopérer et à s'entendre, notamment sur la Syrie».

    Dans tous les cas, la réaction de Moscou à l'incident de l'Il-20 a constitué une surprise désagréable pour les Israéliens: «Le ton ferme choisi par le ministère russe de la Défense en a choqué beaucoup, car il semblait depuis quelques années que nos relations ne pouvaient que s'améliorer», selon l'experte.

    Ksenia Svetlova espère cependant que «tout se normalisera avec le temps et que les relations s'amélioreront de nouveau».

    Quant aux Israéliens ordinaires, habitués aux menaces quotidiennes, ils ne considèrent pas le sujet des S-300 comme réellement vital, conclut le journal.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (octobre 2018) (31)

    Lire aussi:

    Pour un ex du renseignement israélien, on a «déjà partagé la Syrie en sphères d'influence»
    S-300 russes pour la Syrie: Netanyahu évoque les éventuelles conséquences à Poutine
    Quelles seront les relations Russie-Israël après le crash d'un avion Il-20 russe en Syrie?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik