Ecoutez Radio Sputnik
    Euro

    L'UE voudrait acheter les hydrocarbures en euros et pas en dollars

    © AP Photo / Jan Bauer
    Lu dans la presse
    URL courte
    Vestifinance.ru
    Traduction de la presse russe (mars 2019) (34)
    18672

    La Commission européenne recueille jusqu'au 31 mars les avis des pays de l'UE concernant la proposition de renforcer le rôle de l'euro dans les contrats de livraison d'hydrocarbures, selon le site d'information Vestifinance.

    L'Union européenne est le plus grand importateur de gaz et de pétrole dans le monde, mais seulement 20% des contrats européens sont libellés en euros, rappelle Vestifinance. Le dollar demeure la monnaie principale dans les achats de pétrole, de charbon, de gaz naturel liquéfié (GNL) et de gaz.

    Ainsi, l'UE paie ses importations de gaz de Norvège essentiellement en euros et en livres sterling, mais le dollar reste la monnaie principale dans les transactions avec la plupart des autres fournisseurs, indique un rapport de la Commission européenne de décembre 2018. Par exemple, la majeure partie des contrats de GNL est libellée en dollars.

    La Commission européenne souligne que le rôle prédominant du dollar dans les contrats énergétiques représente un risque pour les compagnies européennes à cause de l'évolution des cours du change. De plus, Bruxelles ne cache pas son inquiétude vis-à-vis de la politique des États-Unis en matière de commerce extérieur dans le contexte des quotas et des taxes d'importation adoptés par ce pays.

    La Commission européenne considère l'euro comme une «monnaie stable, fiable et reconnue au niveau mondial».

    Cette dernière n'est pas préoccupée seulement par le marché des hydrocarbures: elle évoque avec les acteurs intéressés la possibilité d'utiliser également l'euro sur d'autres marchés, notamment le marché agricole. Une plus large utilisation de l'euro dans le commerce international pourrait renforcer l'influence de l'UE sur des pays tiers et consolider la coopération entre les États membres.

    D'après la Commission européenne, 70% du gaz consommé en Europe arrive d'autres pays, et le coût de ces fournitures s'élève à 300 milliards d'euros par an. Sachant que la Commission européenne s'attend à une hausse de la dépendance envers le gaz importé au fur et à mesure de la réduction de la production en UE-même, notamment sur le champ de Groningue aux Pays-Bas.

    «La grande majorité de nos contrats à long terme pour les importations d'hydrocarbures n'est pas basée sur l'euro. Cela témoigne de l'instabilité de la situation et ne reflète pas le rôle que l'euro est appelé à jouer dans le monde», a déclaré le commissaire européen à l'Énergie Miguel Arias Canete.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (mars 2019) (34)

    Lire aussi:

    La police nomme la cause la plus probable de l’incendie de Notre-Dame de Paris, d'après AP
    Le recteur de Notre-Dame de Paris avance une nouvelle cause de l’incendie
    Une photo de Sputnik prise à Notre-Dame cause une avalanche internationale de fake news
    Tags:
    États-Unis, gaz naturel liquéfié (GNL), dollar US, hydrocarbures, gaz, euro, Union européenne (UE), Miguel Arias Canete, Bruxelles, Norvège, Pays-Bas, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik