Ecoutez Radio Sputnik
    Centrale nucléaire de Three Mile Island en Pennsylvanie

    Le «Tchernobyl américain» qui aurait pu «creuser son chemin» jusqu'à la Chine

    © AP Photo / Matt Rourke
    Lu dans la presse
    URL courte
    Vzgliad
    Traduction de la presse russe (mars 2019) (34)
    591

    Il y a exactement 40 ans, l'accident à la centrale nucléaire de Three Mile Island semait la panique aux États-Unis et faisait surgir les idées «vertes» sur le devant de la scène.

    Dans le milieu des experts nucléaires américains circule l'expression «syndrome chinois», qui désigne une catastrophe nucléaire globale, écrit le quotidien Vzgliad. Ses racines ne proviennent pas du tout d'un scénario de guerre nucléaire et n'ont rien à voir avec la Chine: il s'agit d'une plaisanterie et d'un scénario techniquement impossible selon lequel le combustible nucléaire en fusion percerait le réacteur, continuerait de gagner en température et, au final, transpercerait la terre des États-Unis jusqu'à la Chine.

    Le film éponyme, Le Syndrome chinois, est sorti sur les écrans au printemps 1979 avec une ribambelle de célébrités à l'affiche — Jack Lemmon, Jane Fonda, Michael Douglas — et il y était précisément question d'une catastrophe dans une centrale nucléaire que deux journalistes et le chef de poste tentaient d'empêcher. Du point de vue de la science, l'histoire était assez absurde. Mais elle était tout à fait réussie d'un point de vue créatif. Le film a reçu plusieurs récompenses, notamment le prix d'interprétation à Cannes pour Jack Lemmon, et un grand nombre de nominations.

    Cependant, ce n'est pas le film (qui avait aussi été diffusé en URSS) qui a apporté la célébrité américaine et même mondiale au «syndrome chinois», mais le fait que 12 jours après la première s'est produit l'accident de Three Mile Island en Pennsylvanie. De drame réaliste, il s'est transformé en l'espace de quelques jours, pour les spectateurs américains, en un véritable film d'horreur, sachant que l'un des personnages, en décrivant l'ampleur de l'éventuelle catastrophe, déclarait que les émissions empoisonneraient un territoire de la taille de la Pennsylvanie. Ce n'est qu'une coïncidence, mais elle est impressionnante.

    L'actualité américaine sur Three Mile Island est devenue un véritable cauchemar aux yeux des Américains, notamment quand le gouverneur de la Pennsylvanie a annoncé l'évacuation volontaire de la population de la région. Internet n'existait pas à l'époque et de nombreux habitants avaient des notions très générales au sujet de l'énergie nucléaire, par conséquent l'expression «syndrome chinois» sonnait pour eux comme la description d'une éventuelle catastrophe.

    En réalité, les faits ne peuvent pas non plus être décrits par l'expression «Tchernobyl américain» parfois utilisée dans la presse. Avant tout parce que personne n'est mort ni n'a été touché non seulement lors de l'accident de Three Mile Island, mais également par ses conséquences. En revanche, il a exercé un impact destructeur sur le développement de l'énergie nucléaire et les esprits des Américains ordinaires. La société avait cédé à la panique, accompagnée d'une montée en puissance par sursauts du mouvement antinucléaire, qui a été rejoint par l'actrice du film Jane Fonda.

    L'un des réacteurs de Three Mile Island fonctionne encore aujourd'hui. Tout comme ses deux voisines les centrales nucléaires de Susquehanna et de Peach Bottom, situées dans le même État le long de la même rivière Susquehanna. Seule différence: Three Mile Island se situe sur une île.

    Les faits

    Sans entrer dans les détails techniques et en utilisant un langage simple, le 28 mars 1979, le combustible nucléaire de l'un des deux réacteurs de Three Mile Island a cessé d'être refroidi, après quoi le réacteur est entré en fusion. La situation a pu être stabilisée, le combustible a été refroidi et le réacteur est resté intact. Sinon, les États-Unis aurait connu un véritable analogue de Tchernobyl.

    La différence entre les causes des deux accidents saute aux yeux. Dans le cas soviétique, il s'agissait d'un thriller anthropique avec un penchant politique. D'un ensemble de versions, y compris d'espionnage et conspirationnistes, dont il reste au final une succession de hasards fatals qui ont débouché sur les lacunes de construction du réacteur, que l'on a tenté de cacher initialement.

    La situation n'était pas la même en Pennsylvanie. Des centaines et des milliers de personnes risquaient de connaître une mort atroce à cause de l'incompétence du personnel de la centrale, qui avait commis plusieurs erreurs inadmissibles. Les spécialistes travaillant à la centrale ne possédaient pas les connaissances requises, les consignes étaient incomplètes et contradictoires. Alors qu'il tentait de contrôler la situation, le personnel agissait littéralement au hasard, «au pif». Les employés de la centrale avaient eu plusieurs opportunités de prévenir l'accident, mais ils n'avaient pas su en profiter.

    Tout cela avait particulièrement choqué les Américains. Beaucoup pensaient que la Pennsylvanie avait été sauvée par un miracle, et dans un certain sens c'est le cas. En l'absence d'un heureux concours de circonstances, l'Amérique aurait été confrontée au moins à une fuite d'eau contaminée et à une importante émission de gaz radioactifs.

    De leur côté, les autorités Pnt tout fait pour rassurer la population et empêcher une véritable panique. En grande partie, une crise de nerfs générale a été provoquée dans le pays par le décret du gouverneur concernant l'évacuation volontaire, qui n'a pas été annulée même après les informations de la Commission de la régulation nucléaire selon lesquelles le danger était évité et l'évacuation plus nécessaire (presque 200.000 personnes ont refusé d'y croire). Mais les autorités de la commission, de l'État et du pays avaient intentionnellement misé sur la transparence maximale pour la presse. Et quatre jours après l'accident de Three Mile Island, dont plusieurs locaux ont été significativement pollués par les radiations, la centrale a été visitée par le Président Jimmy Carter en personne, qui a longtemps observé les appareils d'un air significatif.

    Toutefois, cela ne lui a pas permis de briguer un second mandat. Au contraire, l'accident en Pennsylvanie a achevé ses chances de se faire réélire.

    Quoi qu'il en soit, à la tête de l'État au moment de l'accident de Three Mile Island se trouvait précisément un homme qui n'avait pas eu peur de renverser le développement du secteur énergétique nucléaire américain. Tout comme la plupart des gens de gauche, Jimmy Carter n'éprouvait pas de sympathies pour le nucléaire, que ce soit dans le domaine des armes ou de l'énergie. Les 200.000 manifestants anti-nucléaire — rien qu'à New York — ont été rapidement entendus.

    Les autorités américaines n'ont plus délivré de nouvelles autorisations pour la construction de centrales nucléaires pendant plus de 30 ans. Plus de 70 projets validés plus tôt ont été gelés. Le service nucléaire spécialisé auprès du gouvernement avait entièrement reconverti son activité pour s'occuper essentiellement de la vérification de la sécurité des sites.

    Il convient de préciser une autre différence fondamentale entre la situation en Pennsylvanie et en URSS. La centrale de Three Mile Island, comme bien d'autres centrales nucléaires américaines, était une entreprise privée. Le niveau de compétence de son personnel, qui avait tant horrifié le pays (plus exactement les récits de journalistes à ce sujet), avait précisément poussé l'énergie nucléaire américaine à s'orienter sur la pratique soviétique, c'est-à-dire une nette augmentation du contrôle de l'État.

    A l'heure actuelle, les centrales nucléaires produisent un cinquième de l'électricité américaine et sont les plus grands producteurs d'énergie nucléaire. De plus, pour la première fois depuis l'époque de Jimmy Carter, la construction de nouvelles centrales nucléaires est en cours. Mais l'accident de Three Mile Island a de facto stoppé l'expansion du secteur, ce qui a poussé les Américains à se pencher sur le développement de sources d'énergie alternatives et à changer leur politique énergétique internationale.

    Si l'accident du 28 mars 1979 n'avait pas eu lieu, le marché énergétique mondial serait complètement différent. 

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (mars 2019) (34)

    Lire aussi:

    Deux Eurofighter de l'armée allemande entrent en collision, un pilote tué (vidéos)
    «Je m’en fous des Européens», lance Trump
    Une femme frappée par une bande en plein Paris durant la Fête de la musique (vidéo)
    Tags:
    catastrophe, accident nucléaire, nucléaire, écologie, Jimmy Carter, Three Mile Island, Tchernobyl, URSS, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik