La guerre commerciale États-Unis/Chine fragilise Trudeau à l’approche des élections

Le Désordre mondial
URL courte
Par
3100
S'abonner

À l’approche des élections générales au Canada, la position inconfortable du pays dans la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine est un caillou dans la chaussure de Justin Trudeau. Guy Saint-Jacques, ancien Ambassadeur du Canada en Chine, revient sur le rôle du Canada dans cette affaire et sur ses conséquences.

Le 21 octobre prochain, les électeurs canadiens se rendront aux urnes pour décider si Justin Trudeau restera Premier ministre pour un second mandat. L’un des problèmes qui rendent Trudeau vulnérable est sa gestion de la position du Canada dans la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine.

Le Canada y a été entraîné lorsqu’une dirigeante de Huawei (qui est aussi la fille du fondateur de la multinationale technologique chinoise) a été arrêtée par les autorités canadiennes à la demande des États-Unis pour violation des sanctions américaines contre l’Iran, des sanctions qui n’existent pas au Canada. Elle est actuellement en résidence surveillée à Vancouver, alors qu’elle se bat contre son extradition vers les États-Unis.

Trudeau aurait-il pu éviter cette situation? Comment la résoudre? Comment cette situation a-t-elle détérioré les relations sino-canadiennes? Le Désordre mondial reçoit Guy Saint-Jacques. Cet ancien Ambassadeur du Canada en Chine, Haut-commissaire adjoint du Canada au Royaume-Uni et ancien Chef de mission adjoint à l’Ambassade du Canada à Washington, fera le point sur ce dossier.

Lire aussi:

Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Un prêtre orthodoxe grièvement blessé par balles devant une église à Lyon - vidéos
L’entrée de la grande mosquée de La Mecque défoncée par une voiture – vidéo
«Expulsion des islamistes»: des affiches représentant le Christ ensanglanté dans les rues de Béziers – photo
Tags:
Chine, États-Unis, guerre commerciale, Justin Trudeau, Canada
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook