Ecoutez Radio Sputnik
    Apple

    Apple face à un dilemme concernant les villes de Crimée dans son application «Météo»

    CC0 / Pixabay / matcuz
    Russie
    URL courte
    1142

    Après les premières réclamations des députés russes sur le statut territorial de la Crimée, Apple a fait certains ajustements dans ses cartes. Mais des questions demeurent concernant des produits de l’entreprise. Le bureau d’Apple à Moscou a demandé du temps pour consulter le siège de la société aux États-Unis.

    Les problèmes d’Apple et les villes de Crimée ont commencé avec l’application «Météo» qui a arrêté de les montrer aux utilisateurs. Puis, ces villes ont pu être trouvées comme des villes ukrainiennes. De plus, les cartes des appareils Apple ont montré les villes de Crimée appartenant à l’Ukraine.

    Après la rencontre des députés Leonid Levine, président de la commission de la politique de l’information, des technologies de l’information et des communications, et Vassily Piskarev, président de la commission sur la sécurité et la lutte contre la corruption, avec Vitaly Morozko, directeur du bureau russe d’Apple, l’appartenance des localités de la Crimée dans les cartes des appareils Apple a été corrigée pour la Russie.

    En outre, les députés ont noté que les changements n’avaient pas été implémentés dans toutes les applications puisque, par exemple, les villes de Crimée peuvent être trouvées dans «Météo» mais sans faire partie de la Fédération de Russie.

    Le responsable d’Apple a demandé du temps pour consulter le bureau central aux États-Unis et a promis de rapporter les résultats à la Douma d’État (chambre basse du parlement russe) avant le 29 mai.

    Lire aussi:

    La Russie évacue du Venezuela ses spécialistes qui entretenaient du matériel technique
    La canicule fait ses premiers morts en France
    Une nouvelle tentative de coup d’État déjouée au Venezuela
    Tags:
    application, météo, sanctions, Douma d'État, Apple, Crimée, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik