Russie
URL courte
18372
S'abonner

Face aux statues vandalisées et déboulonnées à travers les États-Unis, le porte-parole du Président russe a évoqué un phénomène qui se généralise en Occident, notant que la Russie a aussi connu une telle période «qui n’est pas la plus brillante».

Les actes de vandalisme sur des statues se poursuivent en Occident, une tendance que la Russie a connue par le passé, mais qui est désormais révolue, a déclaré ce lundi 29 juin le porte-parole du Président russe Dmitri Peskov lors d’un point de presse.

«Quant à la démolition de statues, elle est désormais généralisée. Vous savez que dans notre pays il y a eu aussi une période de déprédations des monuments. Ce n'est pas la plus brillante de notre histoire», a-t-il reconnu.

Le fondateur des colonies russes aux États-Unis en disgrâce

Сette déclaration est intervenue après qu’un groupe d'habitants de la ville de Sitka, dans l’État de l’Alaska, a proposé de retirer du centre-ville la statue d'Alexandre Baranov, fondateur des colonies russes aux États-Unis et premier gouverneur de l'Amérique russe de 1792 au 11 janvier 1818.

Pour l’empêcher, le Conseil de coordination des organisations de compatriotes russes aux États-Unis a lancé une pétition en ligne qui comptabilise ce 29 juin environ 2.000 signatures.

Des démolitions et déboulonnements spontanés de monuments touchent plusieurs États américains depuis la mort de George Floyd. Les statues de sudistes de la guerre de Sécession sont généralement ciblées, mais aussi celles de Christophe Colomb que des militants de gauche accusent de génocide de la population indigène d'Amérique.

Lire aussi:

Il refuse de donner une cigarette, sa mère se fait tuer en prenant sa défense dans la Drôme
Erdogan appelle les Turcs à boycotter les produits français et assure que Macron doit aller chez le psychiatre
Un contrôle du couvre-feu tourne mal dans la Loire
Tags:
Dmitri Peskov, George Floyd, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook