Russie
URL courte
Par
131115
S'abonner

Le Président russe a été informé de la proposition faite par son homologue ukrainien d’une réunion dans le Donbass, mais il n'y a eu aucune demande officielle de la part de l’Ukraine, a déclaré le Kremlin. Une déclaration qui intervient alors que les relations entre Moscou et Kiev connaissent de nouvelles tensions.

Vladimir Poutine a été mis au courant de l’initiative formulée la veille par le Président ukrainien, Volodymyr Zelensky, d’une rencontre dans la zone de conflit située dans l'est de l'Ukraine, a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

«Il a été informé de [l’existence de] cette vidéo, ou plutôt du message de cette vidéo, et rapidement. Mais je ne suis pas encore sûr qu'il ait eu le temps de prendre connaissance de cela», a déclaré M.Peskov au micro de la radio russe Komsomolskaïa Pravda. Le porte-parole a argué que le Président russe avait été occupé par les préparatifs à son allocution à l’Assemblée fédérale du 21 avril.

«Des conditions préalables»

Il existe des conditions préalables à un entretien de deux Présidents, a remarqué M.Peskov, dénonçant un grand nombre des provocations de la part de l’armée ukrainienne ces derniers mois dans le Donbass.

«Il est très important de communiquer lorsque certaines conditions préalables se forment. Nous savons tous qu'au cours des derniers mois, sur la ligne de contact, il y a eu un grand nombre d'attaques provocatrices dans les républiques autoproclamées de la part des forces armées ukrainiennes. Ces provocations étant incessantes de jour en jour, ce qui a conduit à l'escalade», a remarqué le porte-parole du Président russe.

Il a également affirmé qu’il n’y avait eu aucune demande officielle de la part de la présidence ukrainienne.

Se «rencontrer dans n'importe quel endroit du Donbass»

La veille, le 21 avril, dans un discours à la Nation, le chef d’État ukrainien a invité Poutine à une entrevue dans la zone de conflit de l'est de l'Ukraine.

«Monsieur Poutine, je suis prêt [...] à vous proposer de vous entretenir avec moi dans n'importe quel endroit du Donbass ukrainien où la guerre se poursuit, a-t-il déclaré.

Il n'est pas encore «trop tard» pour éviter des pertes humaines, a souligné M.Zelensky.

«Le Président russe a dit un jour: si une bagarre est inévitable, il faut attaquer le premier. Mais, à mon avis, chaque dirigeant doit comprendre qu'une bagarre ne peut être inévitable quand il s'agit [...] d'une vraie guerre et de millions de vies», a-t-il poursuivi.

La tension monte

La situation dans le Donbass s’est dégradée une nouvelle fois fin mars et l’escalade de la confrontation armée continue. Les deux parties s’accusent mutuellement d’y accroître leur présence.

Début avril, Moscou, via son vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov, a rappelé que ces mouvements de troupes se déroulaient sur son propre territoire. L’une des républiques autoproclamées du Donbass, celle de Lougansk, a de son côté fait état de quatre cas de violations du cessez le feu de la part des forces ukrainiennes ces derniers jours. De plus, le 21 avril, la république populaire de Donetsk a rapporté deux morts suite à des bombardements de la part de l’Ukraine.

Lundi le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a mis en garde contre un risque d’escalade avec le déploiement, selon lui, plus de 100.000 militaires russes à la frontière ukrainienne et en Crimée.

Lire aussi:

Opération anti-drogue à Avignon: un policier mortellement blessé lors des tirs
Accident de laboratoire à l’origine du Covid-19: et si c’était vrai?
Un conseiller de Véran déplore «l’état catastrophique du pays» et rejoint le RN
Tags:
escalade, Donbass, Volodymyr Zelensky, Vladimir Poutine, Russie, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook