Santé
URL courte
251
S'abonner

Des scientifiques préviennent que le stress causé par le spectacle de la défaite de votre équipe de football préférée peut vous tuer. En effet, le risque d’avoir une crise cardiaque augmente à ces moments-là.

Tous les fans de football connaissent trop bien le chagrin causé par la débâcle de leur équipe. Mais désormais, les scientifiques avertissent que le stress provoqué par le spectacle des défaites au football peut réellement endommager votre cœur, et même vous tuer, selon une étude publiée dans le Journal of Sports Sciences.

Selon une nouvelle étude, les partisans des camps perdants sont à 29% plus susceptibles de connaître un accident cardiovasculaire mortel - comme une crise cardiaque, un syndrome coronarien aigu ou un accident vasculaire cérébral - un jour de match plutôt qu'à d'autres moments.

En revanche, soutenir le vainqueur diminue de 20% la probabilité d'un accident mortel.

Moins d’alcool et de tabac!

Les hommes semblent plus vulnérables et risquent plus que les femmes de vivre des accidents cardiovasculaires mortels, qu’il s’agisse de jours de football ou non. Cela est probablement lié au fait que les hommes s'intéressent davantage au football, supposent les scientifiques.

Les chercheurs en ont conclu que «les événements cardiovasculaires sont déclenchés par un stress mental intense et des bouleversements émotionnels en lien avec les matchs de football

Ils ont également suggéré qu'une augmentation de la consommation d'alcool et de tabac pour soulager les sentiments contrariés pourrait être un facteur négatif, et que des mesures de précaution étaient nécessaires lors des matchs.

Lire aussi:

Un couple gagne pour la deuxième fois au loto en 35 ans, voici leur secret
Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Le préfet de Paris estime que les personnes en réanimation sont celles qui n'ont pas respecté le confinement
Tags:
maladies cardio-vasculaires, santé, football
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook