Ecoutez Radio Sputnik
    Noix de Grenoble

    Cet aliment permet de réduire le risque de décès par maladie cardiovasculaire

    © CC0 / Pera Detlic
    Sci-tech
    URL courte
    4252
    S'abonner

    Les fruits à coque non traités sont incontournables pour prévenir les maladies cardiovasculaires grâce à leur teneur élevée en graisses non saturées. Il suffit d’en consommer deux fois par semaine, affirment des médecins iraniens.

    Un groupe de médecins iraniens a révélé que la consommation de fruits à coque deux fois par semaine réduisait de 17% le risque de mort par maladie cardiovasculaire. Cette découverte a été récemment présentée lors d’un rapport au Congrès de la Société Européenne de Cardiologie.

    Durant douze années, les spécialistes iraniens ont surveillé la santé de 5.432 personnes âgées de plus de 35 ans et dont le régime alimentaire incluait les fruits à coque. Malgré des différences en termes d’âge, de sexe et de niveau d’activité physique, les médecins ont découvert un rapport entre leur bien-être et une nutrition complémentée notamment par des noisettes, des noix de Grenoble et des amandes.

    «Les fruits à coque sont une bonne source de graisses insaturées et contiennent peu de graisses saturées. Ceux-ci sont également riches en protéines, minéraux, vitamines, fibres, phytostérols et polyphénols, éléments bénéfiques pour la santé du cœur», a expliqué Noushin Mohammadifard, le spécialiste en charge de cette expérience menée par le Centre de recherche cardiovasculaire à l’université d'Ispahan.

    En effet, les noix non traités sont les meilleures puisque les graisses insaturées s’oxydent et deviennent nocives, a-t-il ajouté.

    Lire aussi:

    Il prend sa retraite à 24 ans grâce à une épargne agressive
    «L’armée française n’est pas venue au Niger par hasard!» – ministre d’État nigérien
    Des terroristes de Daech arrêtés à Moscou par les forces spéciales russes - vidéo
    Tags:
    noix, maladies cardio-vasculaires, alimentation, santé
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik