Ecoutez Radio Sputnik
    Azote

    Elle perd sa vésicule biliaire après avoir bu de l’azote dans un restaurant de Floride

    CC BY-SA 2.0 / Eirik Yven
    Santé
    URL courte
    161420
    S'abonner

    La célébration de son 45e anniversaire a très mal fini pour cette Américaine qui a bu par curiosité de l’azote et a perdu suite à la brûlure sa vésicule biliaire et une partie de son estomac.

    Une Américaine de 45 ans a récemment intenté une action en justice contre l'hôtel Don CeSar à Saint Pete Beach, en Floride, après que son repas d’anniversaire de l'an dernier s’est terriblement mal passé, écrit Newsweek.

    Selon la plainte, Stacy Wagers a dû se faire enlever la vésicule biliaire et des parties de son estomac après qu'un serveur a mis de l'azote liquide dans sa boisson.

    L’incident s’est produit le 11 novembre 2018, lorsque Mme Wagers et l’une de ses meilleurs amis sont allées dîner au restaurant de l'hôtel. D’après la femme, elle a vu un serveur verser un liquide sur le dessert d'un autre client, ce qui l'a fait «fumer». Après cela elle a proposé au serveur de verser de l'azote liquide dans son verre.

    À en croire la femme, elle n'avait jamais soupçonné que boire de l'eau contenant de l'azote liquide était dangereux, car le serveur «venait de la verser sur un dessert».

    «Il y a eu une explosion dans la poitrine. Je ne pouvais pas parler. J'avais l'impression de mourir», explique la victime, citée par le média.

    Une ambulance a emmené la femme à l’hôpital, où elle est restée en unité de soins intensifs pendant plusieurs jours. Elle a finalement dû subir une intervention chirurgicale pour retirer sa vésicule biliaire et des parties de son estomac après que ses tissus ont été brûlés en raison de la température extrêmement froide de l'azote liquide.

    L'avocat de Mme Wagers, Adam Brum, a déclaré à Newsweek que sa cliente avait perdu près de 11 kilogrammes et qu’elle aura des problèmes de digestion à vie.

    Tags:
    anniversaire, femmes, azote
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik