Santé
URL courte
433
S'abonner

La lumière bleue pourrait fortement réduire notre espérance de vie, révèle une récente étude de l’université d'État de l'Oregon. Les chercheurs ont analysé les effets d’une exposition prolongée à celle-ci sur des drosophiles pour parvenir à cette conclusion.

La lumière bleue émise par nos écrans réduirait notre espérance de vie, comme l’indique une récente étude de l’université d'État de l'Oregon, publiée le 17 octobre dans la revue Nature. Les recherches ont été menées sur des drosophiles (ou mouches des fruits), dont les mécanismes cellulaires et de développement sont proches de ceux de l’Homme.

Après avoir exposé ces drosophiles à la lumière bleue à raison de 12 heures par jour, les chercheurs ont en effet découvert qu’elle accélérait le vieillissement.

Les mouches soumises à 12 heures d’exposition vivaient moins longtemps que les autres. Elles présentaient également des cellules rétiniennes et des neurones endommagés ainsi qu’une déficience locomotrice.

Par ailleurs, les drosophiles sans yeux ont développé les mêmes troubles, ce qui montre que ces insectes n’avaient pas besoin de voir la lumière pour en être affectés.

«Avec l’utilisation prédominante de l’éclairage et des écrans d’affichage LED, les humains sont soumis à des quantités croissantes de lumière dans le spectre bleue […] Mais la technologie LED n’a pas été utilisée assez longtemps pour en connaître les conséquences pour l’Homme sur toute une vie», précise Jaga Giebultowicz, chercheuse à l’université d'État de l'Oregon.

Les auteurs de l’étude recommandent ainsi de porter des lunettes adaptées ou d’utiliser les appareils en mode anti-lumière bleue.

Lire aussi:

Après son tweet sur Macron au théâtre, Bouhafs dit avoir «une vidéo terrible» du couple en fuite
Un énorme husky joue avec un minuscule chaton – vidéo
Cette simple opération mathématique divise les internautes car deux réponses seraient correctes
Tags:
espérance de vie, étude, smartphones, écran, lumière
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik