Santé
URL courte
81015
S'abonner

Des scientifiques ont découvert que la rougeole fait oublier au corps tous les agents pathogènes contre qui il a lutté auparavant, ce qui rend les personnes qui en ont été atteintes vulnérables aux autres maladies. Les conclusions de deux études portant sur ce sujet ont été publiées dans les revues scientifiques Science et Science Immunology.

Deux études scientifiques ont révélé le prix élevé que payent les personnes qui ont eu la rougeole. En effet, malgré le fait qu’ils sont désormais protégés de cette maladie pour le reste de leur vie, cette affection efface la mémoire immunitaire du corps et le rend vulnérable à d’autres maladies. Ces conclusions ont été publiées dans les revues Science et Science Immunology.

Il s'avère que les anciens patients atteints de rougeole sont plus sensibles à d'autres maladies infectieuses dangereuses, même deux ou trois ans après leur rétablissement. Les scientifiques ont ainsi découvert des preuves confirmant l’hypothèse selon laquelle le virus de la rougeole affecte le système immunitaire en y engendrant une amnésie. En d'autres termes, en détruisant certaines cellules, le virus oblige la mémoire cellulaire à oublier les agents pathogènes combattus dans le passé.

Les chercheurs ont étudié le sang de 77 enfants appartenant à une communauté religieuse aux Pays-Bas dont les membres ne vaccinent pas leur progéniture. Ces derniers ont cependant accepté de participer aux recherches. Ainsi, on a prélevé aux enfants du sang avant et après une épidémie locale de rougeole.

Grâce à une nouvelle méthode de biologie moléculaire (VirScan), les scientifiques ont pu détecter dans le sang des enfants des anticorps spécifiques nés de la collision avec des milliers de virus différents. Mais ce système de protection a échoué après la rougeole, car les enfants souffrant de cette maladie ont perdu de 11 à 73% de ces anticorps.

Les chercheurs ont baptisé ce phénomène amnésie immunitaire, le corps oubliant comment réagir face à des agents pathogènes pourtant déjà rencontrés. En revanche, les enfants qui avaient été vaccinés contre la rougeole n’ont pas présenté cette baisse de leurs défenses biologiques.

L’équipe de recherche de Colin Russell, de l'université d'Amsterdam, a découvert que le nombre de lymphocytes B qui sont responsables de la production d'anticorps et qui se souviennent des attaques de différents agents pathogènes avait diminué après la rougeole.

Ainsi, les chercheurs concluent que la vaccination contre la rougeole est non seulement importante pour lutter contre le virus, mais est aussi une façon de maintenir les barrières immunologiques et de prévenir l'amnésie immunitaire.

Lire aussi:

Un «tueur de chiens» vivant dans l’eau découvert sur une plage australienne - photo
Un premier Français meurt du coronavirus à Paris
Litres d’eau, nourriture: quels produits acheter et stocker en cas de pandémie?
Tags:
médecine, rougeole, santé
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook