Ecoutez Radio Sputnik
    Cancer

    Un parasite qui peut provoquer le cancer se cache en Sibérie occidentale

    CC0 / PDPics
    Santé
    URL courte
    0 34
    S'abonner

    La douve du foie du chat, parasite résidant dans les bassins des fleuves sibériens Ob et Irtych, peut déclencher l’oncologie des canaux biliaires, selon des chercheurs russes.

    Les bassins de deux fleuves de Sibérie occidentale sont l’habitat d’un parasite cancérogène, selon une étude de scientifiques de l'Institut de cytologie et de génétique, lequel fait partie de l'Académie des sciences de Russie.

    Conséquences de l’infection

    Il s’agit de la douve du foie du chat, soit un ver plat. Il réside dans les bassins de l’Ob et de l’Irtych. L’infection déclenche chez l’homme la distomatose hépatique, le foie étant de surcroît atteint. Ce ver plat affecte également l'épithélium des canaux biliaires, augmente la vitesse et modifie le type de migration des cellules. Selon les chercheurs, ceci peut transformer la pathologie en cancer.

    Les cellules commencent à se déplacer de manière indépendante, cela témoignant de leur origine maligne, a expliqué à la revue russe Science en Sibérie un chercheur ayant pris part à l’étude.

    Espérance de vie faible

    Ce type de cancer, le cholangiocarcinome, est une maladie grave occasionnant la mort dans la plupart des cas. Le taux de survie à cinq ans des patients atteints est inférieur à 50%. Même dans le cas d'une opération réussie, l'espérance de vie moyenne ne dépasse pas les six mois.

    Lire aussi:

    Le roi Salmane condamne la fusillade perpétrée par un militaire saoudien dans une base de l’US Navy en Floride
    En boule au sol, il est roué de coups de matraque et de pied par des policiers à Paris le 5 décembre – vidéo
    Elle organise un duel entre son mari et son amant, le premier décède touché à 35 reprises
    Un ex-colonel de l’Armée de l’air: en Algérie, «il y a une contre-révolution»
    Tags:
    parasites, fleuve, Sibérie occidentale, Sibérie, cancer
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik