Santé
URL courte
Par
0 41
S'abonner

Des chercheurs de l’Université de Cambridge ont réalisé pendant 10 ans une étude constatant que les personnes qui souffrent de dépression sont davantage susceptibles d’avoir une maladie cardiaque ou un accident vasculaire cérébral que celles psychologiquement stables. 

 Les personnes présentant des symptômes de dépression sont plus à risque de développer une maladie cardiaque et un accident vasculaire cérébral que celles qui n'en ont pas, indique une étude de chercheurs de l'Université de Cambridge, publiée le 15 décembre dans la revue The Journal of the American Medical Association (JAMA).

Les scientifiques ont analysé les dossiers médicaux de plus d'un demi-million de personnes n'ayant jamais eu de problèmes cardiaques auparavant. Les participants à l'étude ont reçu des scores en fonction de leurs réponses aux questions évaluant leur humeur et toute manifestation de dépression ressenties au cours des deux dernières semaines. Ces scores ont été divisés en cinq groupes en fonction de la gravité croissante des symptômes. 

L’importance de la stabilité

Plus de 10 ans plus tard, les chercheurs ont constaté que les personnes ayant les scores les plus élevés étaient davantage susceptibles d'avoir depuis subi une maladie cardiaque ou un accident vasculaire cérébral. 

Ainsi, 21 cas de maladie cardiaque et 15 accidents vasculaires cérébraux ont été recensés chez les 1.000 individus aux scores les plus élevés, et seulement 14 cas de maladie cardiaque et 10 AVC dans le groupe avec les scores les plus bas. Ces données ont été obtenues à partir d'informations recueillies sur 401.219 participants.

Les scientifiques n'ont pas encore établi si le facteur de dépression était aléatoire dans ces données.

Lire aussi:

«Incroyable» scène de tirs «dans tous les sens» au sein d’une cité de Carpentras
Une mosquée du Val-d’Oise fermée pour radicalisme, le maire «dénonce l’incompétence du gouvernement»
Des prédateurs jusque-là inconnus découverts au large de l’Australie
Tags:
dépression, maladies cardio-vasculaires, maladies, maladies mentales, santé
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook