Santé
URL courte
Par
13147
S'abonner

Dans une interview accordée à RMC, le «Monsieur vaccin» français a expliqué que l’éventualité «d’avoir chaque année une vaccination contre le Covid», comme c’est le cas avec la grippe, était «plausible». Des propos qui interviennent après ceux tenus par le PDG de Pfizer sur le «probable» besoin d'une troisième dose.

En raison de l’incertitude liée aux variants du coronavirus, les personnes ayant été immunisées avec le vaccin de Pfizer pourraient recevoir une troisième dose d’ici à six mois, un an, puis une injection chaque année. Telles sont les estimations du directeur de Pfizer, Albert Bourla, rendues publiques le 15 avril par la chaîne CNBC.

Interrogé ce 16 avril sur RMC, le président du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, Alain Fischer, a à son tour jugé cette éventualité plausible.

«Il est mieux de préparer un scénario où il y aurait besoin de rappels de vaccin que de ne pas se préparer de ne pas anticiper. On verra où on en est à l'automne et au-delà», a-t-il dit.

M.Fischer a ajouté que les incertitudes qui «demeurent c’est de savoir combien de temps un vaccin est encore efficace».

«La société Pfizer a assuré que son vaccin pouvait être efficace six mois ce qui est une bonne nouvelle. Le second point concerne l'éventuelle évolution des variants qui forcerait à modifier un peu les vaccins et ça les industriels y travaillent», a-t-il indiqué en ajoutant que dans ce contexte, «il n'est pas déraisonnable d'être prêt à réinjecter des vaccins, à faire des rappels».

Il a alors noté que si le scénario devait être d’avoir chaque année une immunisation contre le coronavirus, «comme on se vaccine contre la grippe», «ce serait acceptable».

«C'est un scénario plausible, l'État s'y prépare en pré-achetant plus de doses», a-t-il estimé.

En février, l’alliance Pfizer/BioNTech avait déjà annoncé étudier les effets d’une troisième dose de son vaccin contre les variants.

Efficacité des vaccins contre les variants

L'émergence de nouveaux variants du Covid-19 fait craindre une perte d'efficacité des différents vaccins mis au point et sur le marché ces derniers mois.

Les médicaments de Pfizer/BioNTech et de Moderna, basés sur la technologie de l’ARN messager, ont été désignés comme efficaces contre les souches britannique et sud-africaine.

De plus, la Haute Autorité de santé estime que le Pfizer/BioNTech «reste actif» contre le variant britannique.

Après avoir été «vérifié expérimentalement», le russe Spoutnik V a été considéré comme efficace contre le variant britannique, d’après Alexandre Guinzbourg, directeur du Centre Gamaleïa.

Son efficacité contre la souche sud-africaine a même été estimée comme supérieure à celle du vaccin de Pfizer, a indiqué à Sputnik une source proche du Centre Gamaleïa.

Cette annonce est survenue quelques jours avant qu’une étude israélienne ne montre que le variant sud-africain était capable, «dans une certaine mesure, de franchir la protection du vaccin» de Pfizer/BioNTech.

Lire aussi:

Plus de 100 caddies abandonnés: les clients «livrés à eux-mêmes», le 1er mai tourne au fiasco – images
Pour faire adopter le pass sanitaire, «le gouvernement mène une guerre d’usure aux Français»
«Il me faut beaucoup plus que ça»: cet ancien ministre «n’arrive pas à vivre» avec près de 4.000 euros de retraite
Tags:
souche de coronavirus, Pfizer, vaccination, vaccin, Covid-19, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook