Sci-tech
URL courte
17530
S'abonner

Le futurologue britannique Rohit Talwar a pronostiqué que les enfants nés récemment seront capables de travailler jusqu’à 100 ans. D’après l’expert, l’augmentation de l’espérance de vie et de l’activité de travail est due à l’amélioration des services médicaux et au développement des technologies internet, écrit le journal britannique Guardian.

Le futurologue incite les directeurs d'écoles à réfléchir à la façon dont ils pourraient réformer le système d'enseignement actuel afin de le rendre plus adapté aux futurs élèves.

Selon l'expert, les conditions de vie évoluées entraîneront inévitablement la refonte complète du système d'enseignement secondaire.

D'après les résultats de ses recherches, entre 30 à 80% des postes existants aujourd'hui devraient disparaître dans les prochaines décennies grâce à l'automatisation de production et la réduction de la main-œuvre qui en résulterait.

M. Talwar occupe le poste de PDG dans la société Fast Future Research. Son travail consiste à aider les hommes d'affaires à pronostiquer le développement de leurs entreprises pour les 50 années à venir.

Certains chercheurs vont encore plus loin dans leurs prédictions de l'avenir. Ainsi, Stephen Hawking a récemment expliqué que l'Humanité disparaîtrait d'ici 200 ans si l'Homme ne parvenait pas à se rendre dans l'espace.

"Je pense que l'avenir à long terme de la race humaine se trouve dans l'espace. Il sera déjà difficile d'éviter une catastrophe sur la planète Terre dans les 100 prochaines années, sans parler du prochain millier ou million d'années. La race humaine ne devrait pas mettre tous ses œufs dans le même panier, ou sur la même planète", a-t-il expliqué.

 

Lire aussi:

Un gilet pare-balles… en soie?
RoboDoc débarque aux Emirats arabes unis!
Votre cerveau bientôt contrôlé grâce aux ultrasons?
«Une catastrophe pour la France»: un chef des urgences évoque un possible reconfinement
Tags:
pronostic, futurologie, futur, avenir, prédictions, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook