Ecoutez Radio Sputnik
    Contrôle de l'aimant de l'accélérateur Nuclotron-M dans le laboratoire de physique des hautes énergies à l'Institut unifié de recherches nucléaires. Archives

    Le collisionneur NICA propulsera la Russie au sommet de la physique des hautes énergies

    © Sputnik . Sergueï Piatakov
    Sci-tech
    URL courte
    2283
    S'abonner

    Le collisionneur NICA est conçu à partir du Nuclotron, un accélérateur supraconducteur. La pose de la première pierre symbolique du complexe s'est tenue le 25 mars.

    Le projet de collisionneur russe NICA, qui verra le jour dans la ville scientifique de Doubna (région de Moscou) aidera la Russie à devenir un leader mondial dans le domaine de la physique des hautes énergies, considère Vladimir Keklidze, directeur du laboratoire dédié à cette branche de la science de l'Institut unifié de recherches nucléaires.

    "Nous explorons un nouveau front de la science, où nous devons devenir leaders. Ce n'est pas seulement le temps de la création du collisionneur, mais une nouvelle ère dans le développement de la physique des hautes énergies en Russie", a déclaré M. Kekelidze dans un entretien à la chaîne Rossiya 24.

    Le collisionneur NICA (Nuclotron-based Ion Collider fAcility) est conçu à l'Institut unifié de recherches nucléaires, à Doubna, à partir du Nuclotron, un accélérateur supraconducteur. La pose de la première pierre a eu lieu le vendredi 25 mars 2016.

    M. Kekelidze a par ailleurs expliqué que le but du projet était de déterminer comment étaient les premiers moments de la "vie" de l'Univers et que l'environnement disponible dans les laboratoires de Doubna, où ces recherches seront menées, n'existait nulle part ailleurs.

    Selon le directeur du laboratoire, le projet NICA sera international, les recherches récentes dans le domaine de la physique des hautes énergies étant menées par des équipes de scientifiques de différents pays. Actuellement, une collaboration dans le cadre de ce projet est menée avec 24 pays, a-t-il précisé. Quant aux coûts, ils s'élèvent à 545 millions de dollars (près de 488 millions d'euros).

    A l'aide du nouveau collisionneur, les scientifiques effectueront des recherches dans le domaine de la science des matériaux, de la médecine, de la protonthérapie, de la radiobiologie et de l'électronique. Ils mèneront en outre des recherches relatives au recyclage et au traitement des déchets radioactifs ainsi qu'à la création de nouvelles sources d'énergie propre et de techniques cryogéniques.

    La mise en marche du collisionneur NICA est prévue pour dans trois ans. Vers 2023, le complexe fonctionnera à pleine puissance.

    Lire aussi:

    Grand collisionneur de hadrons: un nouveau record
    Le grand collisionneur de hadrons en quête d'une "nouvelle physique"
    Faites une promenade en ligne autour du Grand collisionneur de hadrons (VIDEO)
    Tags:
    collisionneur, physique, science, Nuclotron, Collisionneur NICA, Institut de recherches nucléaires de Doubna, Vladimir Keklidze, Doubna, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik