Ecoutez Radio Sputnik
    Les OGM

    "Mais vous êtes vous-mêmes des OGM, bien sûr!"

    East News/ Science Photo Library
    Sci-tech
    URL courte
    7124

    La polémique autour des organismes génétiquement modifiés (OGM) ne tarit pas. Les opposants ont peur pour la santé publique, mais les partisans ne le pensent pas et semblent indiquer, pour leur part, que cela sera une voie rapide vers l’abondance agroalimentaire. Où se cache la vérité?

    Le problème concernant les OGM exige une étude calme et attentive. Par ailleurs, il ne faut pas semer la panique, même les hommes avec leurs virus sont souvent génétiquement modifiés, explique Sergueï Kiselev, biologiste, professeur et chercheur principal à l'Institut de la génétique générale de l'Académie russe des sciences, dans un entretien accordé à Sputnik.

    "Mais vous êtes vous-mêmes des OGM, bien sûr! Vous n'avez pas de virus? Bien évidemment que vous en avez. Mais au moment de votre naissance, vous n'aviez pas de virus. S'ils ont pénétré dans votre organisme, un virus d'herpès s'est installé sur les lèvres d'un homme, il est là pour toujours, c'est-à-dire que l'homme est devenu génétiquement modifié par ce virus", indique le spécialiste.

    Selon l'interlocuteur de Sputnik, les OGM représentent un moyen accéléré et dirigé de modification génétique pour résoudre certaines tâches. Dans le même temps, ce moyen est capable de garantir une certaine sécurité. Dans cette situation, il est très important que cela se passe de façon contrôlée.

    "Quand nous insérons un gène précis dans un organisme génétiquement modifié, un gène qui rend une tomate ou une pastèque carrée, mieux une pastèque carrée, le gène la rend non ronde, mais carrée, c'est-à-dire, économise du temps, de la place pour l'emballage, et ainsi baisse les coûts de transport. (…) De même pour les tomates, quand nous insérons un gène spécifique qui ne les laisse pas pourrir. Qu'est-ce qu'il y a de mal à cela? Rien", souligne le biologiste.

    Les discussions concernant les OGM semblent se poursuivre. De toute façon, il faut rappeler que dans cette polémique il ne faut pas craindre des menaces irréelles mais s'appuyer sur des informations scientifiques.

    Lire aussi:

    Le Conseil d'État annule l'interdiction du maïs OGM MON810 de Monsanto
    Quand des étudiants américains jouent les cobayes pour les OGM
    OGM: un comité du Parlement européen veut interdire aux Etats de décider
    19 Etats de l'UE disent non aux OGM
    Tags:
    OGM, agriculture, Europe, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik