Sci-tech
URL courte
352
S'abonner

Des chercheurs ont établi un lien entre une consommation élevée en sel, un train de vie sédentaire et les troubles cognitives.

On savait déjà que le sel était mauvais pour les vaisseaux sanguins et le cœur. Or, une nouvelle étude basée sur l'observation de 1.200 patients de cliniques américaines, âgés d'entre 40 et 70 ans, a démontré que l'excès de sel avait également un effet néfaste sur le cerveau humain.

Selon les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la consommation journalière de sel ne doit pas dépasser quatre grammes. L'excès de sel entraîne la détérioration des processus métaboliques dans les vaisseaux cérébraux ainsi que dans les structures plus profondes.

Les personnes souffrant d'hypertension artérielle, d'insuffisance cardiaque ou de diabète sont particulièrement sensibles aux effets négatifs du sel. Une quantité trop importante de sel peut également entraîner une fonction rénale réduite, ce qui risque de provoquer des troubles de la coagulation et une anémie et conduire à terme à une insuffisance rénale chronique.

Pour limiter l'apport en sel, la façon peut-être la plus simple est de préparer ses repas à partir d'aliments frais. Il est à souligner que 77% de la consommation de sel provient de plats déjà préparés alors que le sel en salière n'en représente que 5%.

Lire aussi:

Les plages bientôt ensevelies sous des montagnes de sel?
Une banane et du sel: le menu extravagant d'un passager pour 9 heures de vol
Sucre: ami ou ennemi de la santé mentale?
Le sucre en morceaux: une invention faite grâce… à une femme
Le sucre, ennemi « numéro 1 » de l’humanité
Tags:
cerveau, consommation, sel, santé, OMS
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook