Ecoutez Radio Sputnik
    Un insecte dans une pièce d'ambre (photo d'illustration)

    Une fourmi «vampire» découverte dans de l’ambre

    © Sputnik. Vladimir Astapkovich
    Sci-tech
    URL courte
    0 91980

    L’étude d’une pierre d’ambre a permis à des chercheurs de découvrir une nouvelle espèce de fourmi qui n’existe plus et qui était capable de renforcer des parties de son corps en utilisant le métal provenant de son régime alimentaire.

    Des chercheurs ont retrouvé, dans une pierre d'ambre, une fourmi… aux allures de vampire! L'espèce Linguamyrmex vladi, datant du crétacé, était en effet dotée de deux lances métalliques situées sur la partie inférieure de sa tête, qui lui donnaient la capacité d'aspirer l'intérieur de ses ennemis.

    ​Cette fourmi qui vivait il y a 98 millions d'années fait partie de la classe des haidomyrmecines, appelées communément les «fourmis de l'enfer». Elles ont pour particularité d'étranges excroissances verticales situées sur la partie inférieure de leur bouche, relate le site Systematic Entomology. Ces mandibules seraient traversées de canaux destinés à ponctionner des êtres vivants pour en extraire de la nourriture, à savoir de l'hémolymphe (liquide circulatoire des arthropodes (insectes, arachnides…) dont le rôle est analogue au sang des vertébrés).

    Au-dessus de sa mâchoire, la fourmi possédait une corne plate lui permettait de bloquer ses proies après les avoir transpercées de ses lances. Cette corne comportait en outre des particules métalliques qui la renforçaient.

    L'insecte était sans doute capable, à l'instar de plusieurs autres insectes, de collecter toute trace métallique provenant de son régime alimentaire pour renforcer certaines parties de son corps.

    Lire aussi:

    Un port japonais en proie à des fourmis dont la piqûre peut être mortelle
    Plat du jour dans les supermarchés suisses: grillons, sauterelles et vers de farine
    Araignées vs humains : qui est le plus gros consommateur de viande?
    Tags:
    fourmis, insectes, histoire
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik