Sci-tech
URL courte
1815
S'abonner

7% de l’ADN de Scott Kelly, qui a passé onze mois de suite dans l’espace, ont subi un changement définitif, bien que l’astronaute retraité ne s’en soit pas encore rendu compte, affirment les scientifiques de la NASA.

Scott Kelly, astronaute par le passé et désormais retraité, n'a de cesse d'étonner les scientifiques de la NASA, relate le site FutureZone. Et pour cause! Lui et son frère jumeau Mark font partie de l'étude des jumeaux de l'Agence spatiale: Mark pilotait dans sa jeunesse une navette spatiale, mais n'a toutefois jamais quitté la Terre, tandis que son frère Scott a passé 340 jours de suite sur l'ISS. 

Après son retour sur Terre en mars 2016, les deux jumeaux ont à plusieurs reprises été examinés en laboratoire. En 2017, les scientifiques ont supposé pour la première fois que le séjour prolongé de Scott dans l'espace avait considérablement modifié son ADN. Ainsi, les chercheurs estiment désormais avoir découvert des preuves indéniables de ce phénomène.

À les en croire, 93% de ses gènes sont revenus à la normale après son retour sur Terre. Les sept autres ne sont toutefois pas parvenus à reprendre leur état initial, même après deux ans passé sur la surface de notre planète. Les chercheurs ont émis l'hypothèse que cela avait provoqué dans son corps des changements durables au niveau du système immunitaire, du réseau responsable de la formation des os, de la réparation de l'ADN et d'autres fonctions organiques.   

Cependant, ce fait ne semble pas préoccuper l'astronaute retraité: «J'ai récemment appris d'un journal que 7% de mon ADN avait été modifié de façon irréversible. Pendant que je le lisais, je me disais: "Hm, c'est curieux ça"», a-t-il confié dans une interview accordée au site MarketPlace.

La NASA espère faire de nouvelles découvertes spectaculaires grâce à cette étude des jumeaux, notamment en ce qui concerne la question de savoir comment un éventuel séjour sur Mars pourrait influencer le corps humain. 

Lire aussi:

Le Pen «alerte» Macron sur le financement de la campagne présidentielle
«Petit 2010 de merde»: les raisons d’une campagne de haine visant les élèves de 6e
Sous-marins australiens: la Russie tourne la France en dérision en rappelant les Mistral
«Éric Zemmour continue de me harceler», affirme la chroniqueuse Hapsatou Sy
Tags:
États-Unis, astronautes, science, espace, ADN
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook