Ecoutez Radio Sputnik
    Une éruption volcanique

    200.000 fois Hiroshima: des traces d’une catastrophe globale découvertes

    © AP Photo / Moises Castillo
    Sci-tech
    URL courte
    8310

    La date approximative de l'explosion, au cours du IIe millénaire av. J.-C., du volcan de Santorin qui a mis fin à la civilisation minoenne semble avoir été finalement établie grâce à l’analyse des anneaux d’arbres qui existaient déjà à l’époque.

    Il y a des milliers d'années, une montagne a explosé lors de l'une des plus grandes éruptions volcaniques de l'histoire sur ce qui est aujourd'hui l'île grecque de Santorin. Mais les scientifiques avaient jusqu'à présent eu du mal à établir exactement le moment où le volcan de Santorin était entré en éruption, relate Science Alert.

    Des chercheurs de l'Université de l'Arizona ont établi que l'éruption minoenne pouvait être placée au XVIe siècle avant notre ère, soit entre 1600 et 1525, il y a environ 3.600 ans.

    Ce n'est pas une date trop précise, mais cela permet de rétrécir le faisceau, car la datation au radiocarbone l'avait placée entre 1650 et 1600 avant notre ère, alors que les preuves archéologiques l'avaient placée entre 1570 et 1500 avant notre ère.

    Une source inhabituelle a aidé les chercheurs à résoudre ce débat né d'analyses archéologiques et radiocarboniques contradictoires, à savoir les anneaux d'arbres qui étaient vivants au moment de l'éruption.

    L'équipe de recherche a analysé 285 échantillons d'arbres entre 1700 et 1500 avant notre ère. Deux cent de ces échantillons provenaient de pins de Bristlecone qui poussaient en Californie et au Nevada pendant la période spécifiée. Les 85 restants provenaient de chênes irlandais de la même époque. Ces deux types d'arbres sont d'excellentes sources pour étudier le passé, car ils acquièrent un seul anneau chaque année.

    Un autre aspect de la recherche consistait à étudier la taille des anneaux d'arbres. L'éruption de Santorin était massive. Il a enterré la colonie minoenne d'Akrotiri sous une couche de cendres et de pierres de plus de 40 mètres de profondeur. Il crachait de la fumée dense et du matériel dans l'atmosphère. Les épais nuages de cendres auraient probablement provoqué un effet de refroidissement temporaire, alors que de petites particules de cendres bloquaient la lumière du Soleil et que de tels nuages peuvent rester dans l'atmosphère pendant des mois. De plus, si le volcan émettait du dioxyde de soufre, il aurait pu atteindre la stratosphère, se combinant avec des particules d'eau pour former des aérosols d'acide sulfurique qui bloquent également le rayonnement solaire.

    Si ce refroidissement avait atteint l'Irlande et les États-Unis, des preuves seraient visibles dans les anneaux des arbres, et c'est ce qui s'est produit. Pendant les années les plus froides, les deux espèces d'arbres produisaient des anneaux plus minces. Les chercheurs ont trouvé quatre anneaux exceptionnellement étroits pendant la période, ce qui pourrait témoigner d'une éruption volcanique massive.

    Déterminer la date de l'éruption pourrait nous en dire plus non seulement sur l'événement lui-même, mais aussi sur la vie de la Méditerranée, du Moyen-Orient et de l'Égypte à cette époque critique.

    L'éruption de Santorin a détruit l'avant-poste de la culture minoenne qui existait à l'époque sur l'île et en Crète, et dont on a retrouvé les ruines sur le site d'Akrotiri à Santorin. Lors de l'éruption minoenne, c'est de 40 à 60 km3 de magma qui auraient été rejetés sous la forme d'une nuée ardente. Par sa puissance, l'éruption minoenne est comparable à l'explosion de 200.000 bombes atomiques lancées par les Américains sur Hiroshima en 1945.

    Lire aussi:

    Plus dangereux qu'une bombe H: la Corée du Nord pourrait faire exploser le volcan Paektu
    Quels sont ces volcans voyous qui menacent les avions?
    «La civilisation n'a peut-être pas besoin de volcan meurtrier pour être détruite»
    Tags:
    éruption, science, volcan, histoire, Santorin, Arizona, Grèce
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik