Sci-tech
URL courte
0 80
S'abonner

Ce n’est pas nouveau de savoir que passer des nuits blanches a des conséquences néfastes sur l’organisme humain et entraîne des troubles de la santé. Néanmoins, des spécialistes suédois ont révélé un autre danger. Selon leur étude, une nuit sans sommeil suffit pour commencer à prendre du poids.

Des scientifiques suédois de l'Université d'Uppsala ont révélé que le manque de sommeil même s'il ne s'agissait que d'une seule nuit influençait le déficit musculaire et favorisait l'obésité, rapporte une étude publiée sur le site de l'université.

Les spécialistes ont réalisé une expérience sur un échantillon de 15 bénévoles en bonne santé. Ils ont étudié l'état des tissus de l'organisme au niveau moléculaire après une nuit sans sommeil.

Les bénévoles ont été invités à passer une journée dans un laboratoire de l'Université. On leur a alors proposé un repas normal et une nuit avec huit heures de sommeil. Puis, les chercheurs ont demandé aux bénévoles de ne pas dormir pendant toute une nuit.

Par la suite, les spécialistes ont prélevé des échantillons depuis les tissus de la graisse sous-cutanée et des muscles. Une prise de sang a été également demandée.

Les résultats obtenus montrent que le manque de sommeil fait que les lipides commencent à s'accumuler tandis que les muscles montrent les premiers signes de dégradation, ce qui serait lié avec la possibilité réduite d'utiliser le glucose circulant dans le sang.

Selon les chercheurs, ces informations aideront à comprendre pourquoi les troubles du sommeil augmentent les risques d'obésité ainsi que le développement du diabète non insulino-dépendant (DNID).

Lire aussi:

Un astéroïde géant fonce droit sur la Terre
Le basketteur Kobe Bryant parmi les victimes d'un crash d'hélicoptère aux États-Unis - vidéos
Un chien intrépide attrape un serpent pour le projeter à travers un pré – vidéo
La science admet la possibilité «d’attraper» le cancer
Tags:
science, poids, obésité, santé, maladies, sommeil
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik