Sci-tech
URL courte
0 110
S'abonner

Selon une étude, les effets de l’Alzheimer pourraient être ralentis chez les personnes à risque en pratiquant une activité physique.

Pratiquer une activité physique plusieurs fois par semaine permettrait de retarder les lésions causées au cerveau par l’Alzheimer chez les personnes ayant un risque élevé de contracter la maladie, selon une étude réalisée par le centre médical du Sud-Ouest de l'université du Texas et dont les résultats ont été publiés.

Au cours de l’étude, les scientifiques ont comparé les fonctions cognitives et le volume cérébral de deux groupes de personnes sédentaires ayant des problèmes de mémoire. Le premier groupe devait faire des exercices aérobies pendant minimum une demi-heure, à raison de quatre à cinq fois par semaine. Quant aux autres, ils devaient uniquement effectuer des exercices de souplesse. Au total, 70 personnes âgées de plus de 55 ans ont participé aux recherches.

L’étude révèle que si l’exercice physique n’empêche pas la propagation des plaques amyloïdes, responsables de la détérioration des neurones, la pratique d’une activité physique à un stade précoce de la maladie permet d’en ralentir les effets.

Une nouvelle étude d’une plus grande envergure entend par ailleurs établir la corrélation entre l’activité physique et la démence. Les recherches seront effectuées sur une période de cinq ans parmi plus de 600 personnes âgées entre 60 et 85 ans ayant un risque élevé de développer la maladie. Les scientifiques souhaitent déterminer si la pratique d’exercices aérobies et la prise de médicaments pour diminuer la pression artérielle et le cholestérol pourraient aider à prévenir une perte de volume cérébral et un déclin des capacités cognitives.

Lire aussi:

Covid-19: «la stratégie de la peur», dernier outil d’«une élite dépassée»? – vidéo
Paris: une femme heurtée par une trottinette électrique est dépouillée avant de mourir
La Pologne enverra des drones turcs protéger les frontières est de l’Otan
«J'ai vu la pression d'un vestiaire»: des sportifs français évoquent la difficulté de révéler leur homosexualité
Tags:
activité physique, recherche, médecine, maladie d'Alzheimer
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook