Ecoutez Radio Sputnik
    Instagram sur Iphone, photo d'illustration

    Soucieux de la «santé mentale» des utilisateurs, Instagram supprime certains de ses filtres

    CC0 / Wokandapix / Instagram sur Iphone
    Sci-tech
    URL courte
    361
    S'abonner

    Instagram a décidé de bannir ses filtres qui simulent les effets de la chirurgie esthétique sur un visage. Le réseau social estime qu’ils vont à l’encontre du bien-être de ses utilisateurs.

    Lifting du visage, lèvres plus pulpeuses, pommettes plus hautes, traits plus fins: certains filtres photo d’Instagram permettaient de redessiner son visage en simulant des effets de chirurgie esthétique. Sauf que l’application, détenue par Facebook, a décidé de supprimer ces possibilités. Dans un communiqué de Spark AR Community, qui regroupe des développeurs d’effets spéciaux photo, cette décision a été prise suite à un changement de politique relative au bien-être des utilisateurs.

    En conséquence, les développeurs prendront davantage de temps pour valider les prochains effets de changement de visage.

    «Pour le moment, nous ne pouvons pas vous donner la date exacte de la mise en œuvre de cette nouvelle politique, mais nous vous tiendrons au courant», précise le communiqué du 18 octobre, publié sur Facebook.

    En mai, le Dr Tijion Esho, éminent chirurgien esthétique et fondateur de la clinique londonienne ESHO, avait confié au média britannique Unilad qu’il était inondé de demandes de clients qui souhaitaient ressembler à leur version «filtrée» par ce type d’application.

    «Les conséquences de ces chirurgies sans les soins et l’attention nécessaires sont physiquement brutales et traumatisantes pour les patients», avait-il affirmé.

    Cependant, le communiqué ne précise pas quelles sont les raisons précises qui ont poussé les développeurs à changer leur politique de bien-être et à supprimer ces filtres.

    Tags:
    chirurgie esthétique, Instagram, photo truquées, photographie, photo, filtre
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik