Sci-tech
URL courte
8230
S'abonner

Une nouvelle technologie génétique censée, d’après certains scientifiques, libérer les générations futures de maladies graves, pourrait être utilisée d’ici deux ans déjà, révèle une analyse publiée dans le journal «Bioethics». Toutefois, les risques et les questionnements éthiques de ces expérimentations ont suscité des débats entre généticiens.

La naissance de bébés génétiquement modifiés pour éliminer des maladies graves serait prévue dans deux ans, révèle une nouvelle étude scientifique.

Le bioéthicien Kevin Smith, de l’Université d’Abertay Dundee (Écosse), dont les résultats ont été publiés dans la revue Bioethics, estime que la manipulation de gènes ne présente presque aucun risque et pourrait donc être utilisée sur des embryons humains.

Risque du «baby design»

Toutefois, cette pratique reste très controversée et cela est dû à la crainte que les gènes des enfants puissent être modifiés pour d’autres causes que thérapeutiques. Ainsi, de nombreux scientifiques redoutent que cette pratique puisse être employée pour changer l’apparence de l’enfant, ouvrant la voie à l’eugénisme.

Les premiers bébés génétiquement modifiés

Il y a un an qu’un scientifique chinois, He Jiankui, a fait une expérimentation, grâce à laquelle, selon lui, deux bébés sont nés d’un embryon modifié pour les rendre résistants au VIH, ce qui a provoqué un tollé international. La société moderne est largement opposée aux utilisations des technologies génétiques sur les humains, selon Kevin Smith.

Lire aussi:

L’UE réagit aux sanctions contre l’Iran rétablies unilatéralement par les États-Unis
Notre-Dame: les experts forestiers jugent la nouvelle charpente en chêne «résolument moderne» - vidéo
Il rate son arrêt de train et menace une contrôleuse avec un couteau en Savoie
Des policiers visent la foule lors d’un contrôle de masque qui dégénère à Paris - vidéo
Tags:
embryon humain, modification génétique, génétique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook