Sci-tech
URL courte
111616
S'abonner

Une équipe d’archéologues et de spécialistes des sols a conclu que les anciens Polynésiens avaient dressé des statues géantes sur l’île de Pâques parce qu’ils croyaient que celles-ci aidaient à fertiliser le sol.

Des géoarchéologues américains, néo-zélandais et chiliens pensent avoir trouvé des preuves scientifiques en faveur de l’hypothèse d’après laquelle les statues de l’île de Pâques, les moaïs, ont été érigées pour accroître la fertilité du sol, rapporte le site Phys.org.

Leurs déductions reposent sur l’étude de deux statues érigées près du volcan de Rano Raraku, dans l’est de l’île.

Selon l’auteur de l’étude, Jo Anne Van Tilburg, l’analyse chimique du sol près du volcan a révélé une forte concentration de phosphore et de calcium, des éléments importants pour de bonnes récoltes. Cela a permis aux spécialistes de conclure que le terrain au servait non seulement de carrière aux habitants, mais était aussi propice à l’agriculture.

«Notre fouille élargit notre idée des moaïs et nous encourage à réaliser que rien, aussi évident soit-il, n'est jamais exactement ce qu’il nous semble», a déclaré Mme Van Tilburg.

Civilisation des Rapanuis

L’île de Pâques est l’un des endroits les plus mystérieux sur Terre. Une civilisation polynésienne, celle des Rapanuis, y a existé il y a environ deux millénaires en laissant derrière elle des statues géantes.

​Cette civilisation a, de fait, disparu avant l’arrivée des Européens. Deux raisons sont considérées: l’épuisement des ressources suite à la destruction sauvage des forêts et des animaux par les Polynésiens ou une guerre entre diverses tribus locales pour le reste des ressources.

Lire aussi:

L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
Trump va-t-il bombarder l’Iran pour éviter un nouvel accord nucléaire avec Biden?
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Tags:
recherche, mystère, statue
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook