Sci-tech
URL courte
254217
S'abonner

D’après une nouvelle étude américaine, la consommation d’huile de soja risque de provoquer des modifications génétiques dans le cerveau, encourageant l’apparition de l’autisme ou de la maladie d’Alzheimer.

Une étude réalisée sur des souris par des chercheurs de l’université de Californie à Riverside (UCR) a démontré que l’huile de soja pourrait avoir des effets néfastes sur le cerveau, est-il indiqué dans la revue Endocrinology.

Selon les conclusions des scientifiques états-uniens, la consommation d’huile de soja, qui est régulièrement utilisée en restauration rapide pour la friture, risque de provoquer des modifications génétiques au sein du cerveau qui pourraient encourager l’apparition de l’autisme, de la maladie d’Alzheimer ou de la dépression.

Ces changements s’expliquent par les effets produits par l’huile de soja sur l’hypothalamus, zone du cerveau qui régule les besoins élémentaires de l’organisme, tels que le sommeil, la température corporelle ou encore la réponse au stress.

Les chercheurs constatent ainsi que l’«omniprésence» de l’huile de soja dans le régime alimentaire américain est susceptible d’«avoir d’importantes répercussions sur le plan de la santé publique».

Faut-il renoncer aux aliments à base d’huile de soja?

Bien que les résultats de l’étude se montrent inquiétants, sa co-auteure Frances Sladek tient à souligner que les aliments à base d’huile de soja ne sont pas tous «à jeter»:

«De nombreux produits à base de soja ne contiennent que de petites quantités d'huile et de grandes quantités de composés sains, dont les acides gras essentiels et les protéines», explique-t-elle.

Dans le même temps, la chercheuse recommande de consommer de l’huile de soja avec modération.

Lire aussi:

Un premier Français meurt du coronavirus à Paris
Joachim Son-Forget dément avoir voulu secourir les otages français en Irak avec Alexandre Benalla
Zemmour à Jack Lang: «Vous êtes l’idiot utile des Frères musulmans» - vidéo
Tags:
cerveau, alimentation, soja
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook