Sci-tech
URL courte
3184
S'abonner

Une équipe de chercheurs américains a révélé que contrôler sa pression sanguine et la baisser pour qu'elle atteigne 120 pouvait prolonger la durée de vie de trois ans.

Les scientifiques du Brigham and Women's Hospital, à Boston, ont réalisé une étude qui a mis en valeur que le contrôle de la pression sanguine et une thérapie anti-hypertension pouvaient prolonger l’espérance de vie.

«Quand les médecins parlent de l'optimisation de la pression artérielle, les patients se demandent souvent quels avantages leur garantirait un contrôle intensif de la pression», explique l'auteur de l’étude et cardiologue Muthiah Vaduganathan.

Entre six mois et trois ans

Le docteur Vaduganathan et ses collègues ont estimé que si les gens continuaient à suivre leurs thérapies anti-hypertension pour le reste de leur vie, ceux qui avaient pour objectif de baisser leur pression artérielle pour atteindre 120 pourraient voir leur durée de vie prolongée d’entre six mois et trois ans par rapport à ceux qui la font baisser à 140.

L’espérance de vie finale dépendait de l'âge de la personne. Pour ceux qui ont commencé à prendre des médicaments antihypertenseurs à 50 ans, ils ont prédit une différence de 2,9 ans, pour une personne de 65 ans, une différence de 1,1 an, et pour quelqu'un de 80 ans, une différence de neuf mois.

L'étude a analysé 9.000 personnes de plus de 50 ans. Les volontaires avaient une pression artérielle systolique élevée, à savoir de 130 à 180. Les participants ont reçu un traitement antihypertenseur gratuit pour atteindre leurs objectifs et ont été surveillés par un médecin pendant trois ans.

Cependant, les auteurs notent que l'analyse ne prend pas en compte les risques potentiels, notamment les lésions rénales et l'hypotension.

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
Tags:
chercheurs, hypertension, espérance de vie, prorogation
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook