Sci-tech
URL courte
Études sur le coronavirus – avril (50)
11544
S'abonner

Une étude sur l’analyse du génome du coronavirus suppose que la transmission de la chauve-souris à l’Homme s’est faite par l’intermédiaire d’un chien. Une conclusion cependant critiquée par la communauté scientifique.

Le coronavirus s’est probablement transmis de la chauve-souris au chien, puis du chien à l’Homme, conclut une étude publiée mardi 14 avril dans Molecular Biology and Evolution. Selon son auteur, Xuhua Xia, professeur de biologie à l’Université d’Ottawa, les intestins du chien ont un tissu qui est particulièrement favorable à l’évolution du virus, devenu alors transmissible aux humains.

Il tire cette allégation d’une analyse informatique d’une partie du génome du virus, le CpG, qui a tendance à «se lier» à la protéine appelée «ZAP» présente chez plusieurs espèces de mammifères. Il en a déduit que les chiens, dont les défenses immunitaires présentent un faible niveau de CpG, étaient les plus susceptibles d’avoir été l’hôte du virus pour son évolution.

Une conclusion qui a rapidement suscité des critiques de la part d’autres spécialistes. Par exemple, le professeur James Wood, chef du département de santé vétérinaire de l’Université de Cambridge, n’est pas convaincu. «Il y a bien trop de déductions et trop peu de données directes. Je ne vois rien dans cette publication qui soutienne cette supposition», a-t-il indiqué cité par CNN.

Le médecin affirme que les propriétaires de chiens ne devraient pas s’inquiéter des résultats de cette étude. Même les chiens errants ne constituent pas une menace d’après les analyses effectuées jusqu’à maintenant.

La recherche de l’espèce intermédiaire

Le fait que la chauve-souris soit à l’origine du nouveau coronavirus est largement partagé par la communauté scientifique. Cependant, la transmission n’a pas été directe, et de nombreuses recherches sont désormais concentrées sur l’origine de la transmission à l’Homme. Après avoir considéré que le virus était apparu sur le marché d’animaux sauvages de Wuhan, les chercheurs se sont penchés sur les serpents, puis sur les pangolins, ou encore les chats.

Concernant les chiens, de précédentes études avaient indiqué que le coronavirus se propageait très peu dans leur organisme. Ce qui explique l’absence de symptômes même si certains ont été testés positifs. Dès lors, ils ne semblent pas être l’hôte le plus favorable. «Il faudra encore de nouvelles données pour résoudre le mystère de l’origine du SARS-Cov-2», conclut Ben Newman qui dirige le département des sciences biologiques à l’Université du Texas.

Dossier:
Études sur le coronavirus – avril (50)

Lire aussi:

Édouard Philippe invite Sarkozy à un déjeuner en pleine rumeur de remaniement, selon L’Express
«Chut, taisez-vous!»: Didier Raoult s’en prend à une journaliste de BFM TV
Traitée d’«Arabe de service», la policière syndicaliste Linda Kebbab porte plainte contre le «journaliste» Taha Bouhafs
Tags:
critiques, évolution, contamination, chiens, coronavirus SARS-CoV-2, Covid-19, étude
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook