Sci-tech
URL courte
Études sur le coronavirus – avril (50)
31115
S'abonner

Alors que l’épidémie due au nouveau coronavirus frappe de plein fouet la quasi-totalité des pays dans le monde, des scientifiques se sont penchés sur les défis que représentent nos comportements face au Covid-19.

Des chercheurs de l'université de Princeton et du Sunnybrook Research Institute ont étudié ce qui complique la lutte contre l’épidémie de Covid-19.

Dans un article pour The Lancet repris par le site EurekAlert!, ils citent entre autres une interprétation erronée des informations données sur la maladie, l'embarras personnel ou encore l’aggravation des troubles psychiatriques chroniques.

Le moral

Ainsi, les chercheurs constatent que bon nombre de personnes se concentrent uniquement sur la pandémie, allant jusqu’à négliger leur sommeil, de faire de l'exercice ou la compagnie de leurs semblables.

En outre, la distanciation sociale et l'isolement pourraient aggraver les troubles psychiatriques chroniques, ce qu’il est possible de contrer en intensifiant la communication et en établissant un environnement familial sain.

Un autre problème est l’interprétation erronée des informations concernant la maladie et sa propagation. Cela étant, les scientifiques estiment que les autorités devraient inciter à la prudence au sujet des rapports épidémiques quotidiens, comme des baisses momentanées ou des augmentations soudaines, qui ne sont pas à confondre avec une tendance réelle.

Ils mettent aussi en garde contre la peur de l'inconnu. Ainsi, des menaces comme un nouveau coronavirus sont mystérieuses au début, mais ce flou disparaît rapidement et peut faire place à de la complaisance.

Les problèmes physiques

Pour réduire la propagation du Covid-19, les populations ont été encouragées à adopter certains comportements, comme celui de ne pas se toucher le visage. Et lorsqu’ils le font par réflexe, certains le considèrent comme un échec personnel, indiquent les experts.

Ils relèvent également le rôle des normes sociétales enracinées, comme le contact direct, par exemple la poignée de main, des gestes qui ne sont pas faciles à modifier. Des slogans, des images et d'autres rappels pourraient favoriser le changement nécessaire.

L’épidémie dans le monde

La pandémie a tué au moins 190.989 personnes, dont près des deux tiers en Europe, selon un comptage réalisé par l'AFP à partir de sources officielles ce 24 avril à 11h00 GMT. Plus de 2.719.450 cas ont été diagnostiqués dans 193 pays et territoires.

Les États-Unis sont actuellement le pays le plus touché, où la maladie a fait 49.963 morts. Ils sont suivis de l'Italie avec 25.549 morts, de l'Espagne avec 22.524 décès et de la France où ce chiffre macabre est de 21.856.

Dossier:
Études sur le coronavirus – avril (50)

Lire aussi:

Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
Bill Clinton se fait masser par une accusatrice de Jeffrey Epstein sur des clichés de 2002 – photos
Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
L’humoriste de France Inter Guillaume Meurice s’en prend aux commerçants frappés par le confinement
Tags:
troubles psychiques, étude, EurekAlert, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook