Sci-tech
URL courte
0 64
S'abonner

Un cheval de Troie, qui est capable d’infecter un ordinateur après le visionnage de vidéos sur le coronavirus, s’est propagé en Europe, selon les experts de la société spécialisée en cybersécurité ESET. Une fois installé, ce virus peut récupérer des informations sensibles y compris bancaires et vider le compte de sa victime.

Dans le contexte de la propagation du nouveau type de coronavirus, des pirates informatiques ont trouvé un moyen de profiter du confinement et surtout de la peur des gens de la nouvelle maladie, informe les spécialistes d’ESET, une société spécialisée en cybersécurité.

Récemment, un nouveau cheval de Troie est apparu en Europe. Il se cache dans des vidéos sur le coronavirus. Les gens ayant peur et cherchant des informations ouvrent plus souvent ces vidéos et sont victimes de cyberattaques. Ce nouveau virus est baptisé Grandoreiro et a été identifié surtout en Espagne.

Le virus se trouve dans des vidéos publiées sur des sites non-officiels et surtout des faux sites, qui ont été créés spécialement pour faire propager ce cheval de Troie.

Le mécanisme de Grandoreiro

Quand un internaute clique pour regarder une vidéo, il télécharge sur son ordinateur un virus qui peut avoir accès à des données sensibles, détecter et désactiver les logiciels de protection bancaire et même vider les comptes de ses victimes. À part cela, Grandoreiro est capable de surfer tout seul sur Internet et simuler des actions de la souris et du clavier.

Comment se protéger contre le virus

Afin d’éviter d’infecter un ordinateur avec ce cheval de Troie, il est fortement conseillé de ne pas visiter des sites à l’apparence suspecte. Des fautes d’orthographe ou un manque d’information sur l’auteur de celui-ci peuvent être révélateur d’un faux site.

Lire aussi:

Un infectiologue marocain étrille l’étude de The Lancet critiquant la chloroquine
Les aliments les plus dangereux pour le foie énumérés
Un syndicat de police s’amuse d’une intervention violente et outre les internautes – vidéo
Tags:
cyberattaque, piratage, virus
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook